SGS Thomson À GrenobleMieux vaut encliqueter que visser

Partager

SGS Thomson À Grenoble

Mieux vaut encliqueter que visser



Malgré sa faible ancienneté au service maintenance de l'unité grenobloise de SGS-Thomson, Philippe Gonnier a rapidement compris quel était le point faible des systèmes encreurs utilisés sur les lignes de test de circuits intégrés : " Leur montage posait problème, car il se faisait par vissage. " Outre une perte de temps, l'opération entraînait des risques : la moindre chute d'une vis ou d'un tournevis pouvait détériorer les cartes électroniques de tests ou rayer les plaques de silicium soumises aux tests. La pose de vis pouvait, de surcroît, engendrer la création d'une limaille susceptible de perturber la qualité des puces.

Pour supprimer ces différents inconvénients, le jeune technicien a imaginé un procédé de pose des systèmes encreurs par encliquetage : " Dorénavant, il suffit d'un simple quart de tour pour les fixer sur les lignes de test. " Après acceptation par le comité d'évaluation spécialement chargé des activités " tri et tests ", l'idée a été mise en oeuvre sur sept équipements. Facile et rapide à effectuer, la modification a représenté un investissement symbolique, mais a entraîné des gains spectaculaires : près de 100 000 francs par an. Le nouveau procédé simplifie de surcroît la tâche des opérateurs chargés de monter et de démonter plusieurs fois par jour, les systèmes de neutralisation par encrage des puces non conformes. Grâce à cette suggestion, le jeune DUT en génie électrique de l'Université d'Annecy s'est vu décerner le Trophée de la meilleure suggestion de l'année 1995, accompagné d'environ 6 000 francs de bons d'achat.

USINE NOUVELLE N°2555

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS