Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Sg2/sopra : La taille critique par la spécialisation

Publié le

Sopra n'a pas les moyens d'atteindre la taille critique en infogérance. De même pour SG2 en ingénierie de système. En s'alliant, les SSII pensent être toutes deux gagnantes.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

SG2/SOPRA

LA TAILLE CRITIQUE PAR LA SPÉCIALISATION

Sopra n'a pas les moyens d'atteindre la taille critique en infogérance. De même pour SG2 en ingénierie de système. En s'alliant, les SSII pensent être toutes deux gagnantes.

"Dans le service informatique, le temps des géants généralistes est bien fini. L'avenir est à la spécialisation." Ce propos de Georges Grima, P-DG de SG2, la filiale de services informatiques de la Société Générale, suffit à expliquer l'alliance de longue durée qui doit se sceller définitivement en juin prochain entre SG2 et Sopra. Ce partenariat entre deux SSII françaises, assez original dans sa forme, concerne deux activités: l'infogérance (gestion par un tiers de tout ou partie de l'activité informatique) et l'ingénierie (intégration de systèmes). Actuellement, deux des plus solides piliers du développement des SSII.

Un partenariat étroit et à long terme

Ainsi Sopra reprend l'activité intégration de systèmes de SG2 (elle pèse 320 millions de francs et emploie 650 personnes) tandis que la Société Générale entre au capital de Sopra. Au total, elle détiendra, de façon directe et indirecte, via Geninfo la holding de SG2, 16 % de Sopra. "C'est plus que symbolique, commente Georges Grima, et cela marque bien notre volonté d'établir un partenariat à long terme." L'accord ne s'arrête pas là. Gardant chacune son indépendance, les deux entreprises sont convenues de travailler en étroit partenariat, autour de l'infogérance en particulier. "Lorsque Sopra obtiendra un contrat qui inclut de l'infogérance, c'est naturellement -à moins que le client ne le souhaite pas-, avec SG2 que nous travaillerons et réciproquement lorsque SG2 sera sur une affaire qui exige de l'intégration de système", explique Pierre Pasquier, p-dg de Sopra. Cette échange de bons procédés est crucial. Les contrats d'infogérance s'accompagnent souvent d'une facette intégration de systèmes. Mais plus encore, l'accord démultiplie leurs forces autour de contrats d'infogérance basés sur des solutions progiciels. Jusque-là Sopra, absent de l'infogérance, ne pouvait répondre à ce type d'affaires quand elles s'appuyaient sur ses produits.Désormais, SG2 y pourvoiera. En la matière, les deux entreprises n'en sont pas à leur coup d'essai. Elle avaient déjà eu l'occasion de travailler ensemble sur le projet Sitrans, pour l'armée de terre. La nouvelle alliance va cependant plus loin puisque, cette fois l'une et l'autre partie s'engagent de manière formelle à faire prioritairement appel à leur alter ego.

Un an pour conclure l'accord

Forte de l'apport de l'activité de SG2, Sopra se retrouvera à la tête d'un pôle intégration de systèmes de 1,2 milliard de francs. Cela fait de l'entreprise de Pierre Pasquier un des acteurs français de tout premier plan dans le domaine. Ce partenariat a également un autre avantage pour elle: l'actionnariat de la Société Générale apporte une stabilité à cette entreprise indépendante. Elle y trouve en particulier le moyen d'asseoir ses développements futurs. Sopra est en effet fondée sur deux grands métiers, l'ingénierie et le progiciel, activité très grande consommatrice de ressources. Enfin, via cet accord, Sopra n'est plus totalement absente de l'infogérance, domaine extrêmement porteur où elle n'avait pas encore pris pied. "On ne peut pas tout faire, commente Pierre Pasquier. En particulier les grandes opérations de "facilities management" étaient hors de notre portée. C'est une activité qui impose des investissements très lourds." On le voit, les deux partenaires partagent la même logique industrielle qui milite en faveur de la spécialisation. De son côté, SG2 se sépare sans trop d'états d'âme d'un métier, l'ingénierie de système, qui était "tout juste profitable" et qui aurait demandé "de très importants efforts pour atteindre la taille critique ". Pas de regret non plus en ce qui concerne le recul significatif du chiffre d'affaires (320 millions de francs) lié à l'abandon de l'ingénierie de système. Georges Grima est plus attentif au taux de profit qu'à la valeur absolue du chiffre d'affaires. "Nous atteindrons rapidement 1milliard de chiffre d'affaires avec une marge de l'ordre de 10 %. " Dans le même temps, fort de l'apport de Sopra, SG2 peut espérer doper son activité infogérance. Elle pèse actuellement 150 millions de francs et croît à un rythme de plus de 20 % l'an. Avec l'appui de Sopra, Georges Grima pense "doubler ce chiffre dans les deux ans qui viennent". Cette belle histoire de partenariat mérite toutefois un éclairage complémentaire. La mise au point de ce schéma idéal entre les deux parties a duré plus d'un an. Cela peut paraître beaucoup alors que, a posteriori, les synergies entre les deux entreprises apparaissent si évidentes. En réalité, l'intention initiale de SG2 était purement et simplement d'absorber Sopra, ce qui aurait abouti de fait à la fusion souhaitée de l'activité ingénierie et de l'infogérance. C'est la farouche volonté d'indépendance de Pierre Pasquier qui, jusqu'à présent, a toujours réussi à mener sa barque à sa façon, qui a conduit à ce compromis où, semble-t-il, les deux partenaires peuvent trouver leur compte. A l'heure où les grands groupes américains prennent chacun à son tour le contrôle des ex-fleurons des SSII françaises, un tel partenariat est plutôt une bonne nouvelle.



Les partenaires

SG2 : Activité: SSII. Axes de développement : infogérance, téléservices, bases de données d'information, traitement de documents. Filiale de la Société Générale. Chiffre d'affaires 1995 : 1,2 milliard de francs. Effectifs : 1700 personnes

SOPRA : Activité: SSII. Activités: ingénierie et progiciels, à parts égales. Chiffre d'affaires 1995 : 870 millions de francs. Effectifs: 1750 personnes

USINE NOUVELLE N°2549

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle