Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

SFR sonne à son tour la charge sur le très haut débit

Cédric Soares ,

Publié le

Le rapport de l’Arcep sur la régulation du déploiement de la fibre n’en finit pas de faire écho dans les télécoms. Après Orange et Free, c’est au tour de SFR de faire entendre sa musique.

SFR sonne à son tour la charge sur le très haut débit © Philippe Wojazer / Reuters

"Il y a un certain nombre d’années que SFR n’a pas pris la parole sur le réseau", c’est peut-être un détail pour vous. Mais pour Michel Paulin, Directeur Général de l’opérateur au carré rouge, ça veut dire beaucoup. Ça tombe plutôt bien, l’opérateur n’a pas eu encore l’occasion de jouer sa partition suite à la publication, le 9 janvier, du dernier rapport de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Dans ce dernier, le gendarme des télécom fustige Orange et souhaite durcir la réglementation du déploiement de la fibre optique afin de rééquilibrer le marché. En réponse, le ton est monté chez l’opérateur historique. Free, par la voie de Maxime Lombardini son Directeur Général.

SFR leader sur le très haut débit

S’il y a une chose sur laquelle SFR et Orange sont bien d’accord c’est que le premier est leader sur le marché du très haut débit. "Quand SFR dispose de 2 millions de clients très haut débit, Orange en à peine 1,3 million. Nous sommes en position de challenger.", a déclaré dans une interview au Figaro Pierre Louette, Directeur Général délégué d’Orange. Pour Michel Paulin "Tous ces débats n’ont aucun sens". Le réseau de l’opérateur issu de sa fusion avec Numéricable en 2014, est constitué à la fois de prises fibre (technologie FTTH - Fibre raccordée jusqu’au client final) et câble (technologie FTTB - Fibre raccordée à l’immeuble).

Pour l’opérateur, la différence entre ces deux technologies tend à devenir transparente pour le client. Les débits descendants annoncés à fin 2016 sont d’ores et déjà harmonisés à 1 Gbit/s. Les débits montants devraient l’être à 200 Mbits/s en 2018. 9,3 millions de prises sont raccordables au très haut débit fin 2016, 11 millions le seront à fin 2017. Sa logistique de déploiement est arrivée à vitesse de croisière et permettra de déployer 2 millions de nouvelles prises par an.

Prêt à investir dans le déploiement de la fibre

Plus qu’un réseau, l’intégration de SFR à Altice, maison mère de Numéricable, a doté l’opérateur d’un nouveau moteur industriel. "SFR a la structure opérationnelle et les moyens financiers pour participer au déploiement en zone moyennement dense", argumente Michel Paulin.

Sur ce segment territorial, les ambitions de SFR restent limitées par la réglementation. Dans le cadre du plan France THD (Très Haut Débit), les opérateurs signent en 2011 des accords de co-investissement. Ces derniers ont vocation à permettre l’accélération du déploiement de la fibre avec un objectif de 100% de zone moyennement dense couverte en 2020. Celui qui lie SFR à Orange attribue 80% du déploiement à son concurrent et lui laisse 20%.

Pour Michel Paulin, "Si la réglementation ne change pas d’ici 2020 le rendez-vous ne sera pas tenu". Pour le dirigeant de SFR, Orange ne pourra pas assumer, seul, sa part d’engagement. Il réitère une demande de rééquilibrage portée depuis deux ans, sans succès, par l’opérateur. Le rapport publié par l’Arcep pourrait être la caisse de résonance qui manquait à SFR.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle