Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Sexisme à 42, les réactions à l’enquête

Marine Protais

Publié le

Suite à notre enquête publiée jeudi 16 novembre sur notre site, certains étudiants de 42 confirment l'existence de comportements sexistes à l'école, d’autres les récusent ou minimisent les faits. Au-delà de 42, notre enquête a également suscité des réactions d’acteurs du monde du numérique.

Sexisme à 42, les réactions à l’enquête © Pascal Guittet

La publication de notre enquête sur le sexisme ambiant à l’école 42 a suscité de nombreuses réactions des étudiants, certains confirmant cette ambiance délétère, d’autres la récusant ou la minimisant. Des acteurs du monde de la tech ont également pris la parole sur les réseaux sociaux, et invitent à une réflexion plus globale sur la place des femmes dans la tech.

Des étudiants et étudiantes ont reconnu que des comportements sexistes au sein de l’école existaient, et ne s’étonnent pas de notre description. Des étudiantes ou candidates à la piscine (épreuve d’intégration de 42) confient avoir vécu des situations similaires.

D’autres minimisent les faits et appellent à ne pas généraliser ces comportements à l’ensemble des élèves. Certains précisent que la direction n'est pas passive et met en place des actions pour mieux intégrer les filles. Ce qui avait été précisé dans notre article. De nombreux étudiants nous ont rappelé l’existence de l’association CodeHer de 42 dont le but est de promouvoir la mixité et la parité au sein de l'école. Nous avions identifié et contacté cette association pour notre enquête mais n’avons pas eu de réponse de sa part.

D’autres encore sont dans le déni et décrédibilisent le témoignage des étudiantes que nous avons interrogées, notamment sur la chaîne slack des étudiants de 42.

 

 

 

 

Outre les élèves de 42, notre enquête a provoqué des réactions de salariés et acteurs du monde du numérique. Certains expriment leur effroi, d’autres ne sont pas surpris et affirment que le sexisme existent bien au sein de formations informatiques et d'entreprises du numérique. Certains appellent à prendre des mesures pour y faire face.

 

 

Guy Mamou-Mani est co-président du réseau Jamais sans elles et l'ex vice-président du Conseil national du numérique.

 

 

Chloé Azencott est chercheuse spécialiste du machine learning aux Mines Paristech.

 

 

 

D'autres témoignages d'étudiants et étudiantes de 42 ont été rapportés par 20 Minutes.  Outre les remarques et comportements sexistes, ils racontent une ambiance de surveillance façon Big Brother et une culture du troll "à prendre au second degré" selon un des étudiants cités. Un extrait ci-dessous. 

 

 

Réagir à cet article

Les thèmes de L'Usine Campus


 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus