Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Sevenday reprise par le fonds d’investissement Nimbus

, , ,

Publié le

La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar a confié le 3 novembre la reprise du producteur de céréales de petit déjeuner Sevenday de Soultz (Haut-Rhin) au fond d’investissement néerlandais Nimbus.

Les entreprises citées


Le producteur de céréales pour le petit déjeuner Sevenday, spécialisé sur le créneau des MDD (marque de distributeur), était en redressement judiciaire depuis juillet 2015, et menacé de liquidation, en raison de la surproduction dans son secteur. La chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar a confié le 3 novembre sa reprise au fond d’investissement néerlandais Nimbus. 

Nimbus s’est engagé à reprendre 76 des 112 salariés de l’entreprise de Soultz (Haut-Rhin) et prévoit de développer une nouvelle gamme de céréales de petit déjeuner bio. "Ce marché connaît une croissance à deux chiffres depuis cinq ans, alors que les produits non bio sont en baisse constante. La mise en conformité de l’outil ne présente pas de difficulté majeure", observe le Comité d’action économique du Haut-Rhin (Cahr).

"Pour redresser Sevenday, nous avons cherché un investisseur capable de faire évoluer le concept vers des productions permettant une meilleure valeur ajoutée et sur des marchés en croissance", confie le Cahr.

Autre atout : si le précédent propriétaire, l’Allemand Hahne cereal group, s’était engagé à ne pas vendre dans son pays d’origine, Nimbus est libre de tout engagement. Sevenday pourra ainsi prospecter dans ce pays, d’autant que l’investisseur néerlandais a fait l’acquisition de la Chocolaterie de Bourgogne qui est présente en Allemagne.

Sevenday a réalisé un chiffre d’affaire atteignant près de 35 millions d’euros à pleine capacité soit en 2011, pour descendre à 27 millions avant sa mise en cessation de paiement, en juin 2015. "Le plan de reprise prévoit 20 millions d’euros de chiffre d’affaires au redémarrage", précise le Cahr.

Didier Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle