Servier investit 50 millions d'euros en R&D

Le deuxième laboratoire français, Servier, investit lourdement pour se renforcer dans le domaine des biotechnologies.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Servier investit 50 millions d'euros en R&D

Accélération des partenariats, création de son institut d’Innovation biotechnologique, premier médicament issu des biotechnologies qui devrait entrer en essai clinique rapidement, le groupe pharmaceutique Servier, numéro 2 français avec 3,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2009, fait évoluer sa R&D.

"Nous voulons faire davantage de biotechnologie, élargir l’espace dédié à ces technologies", explique Jacques Servier, le fondateur et président du groupe. Il a donc investi dans un nouveau bâtiment de recherche à Croissy (78), qui abritera à terme plusieurs plateformes de recherche intégrant les outils des biotechnologies.

Non assujetti aux humeurs de la bourse, le groupe a réussi à faire sa transformation en maintenant l’emploi, et en gardant en France l’essentiel de sa recherche, dans laquelle il investit 25% de son chiffre d’affaires chaque année. Résultat: trois médicaments lancés dans les cinq dernières années, en rhumatologie, cardiologie et contre la dépression.

Pour faire face à la complexité de la recherche et à l’arrivée des biotechnologies, le groupe a multiplié les partenariats avec les équipes académiques et les entreprises. "A l’étranger mais aussi en France, où nous avons par exemple une quinzaine d’accords avec des entreprises de biotechnologies", détaille Bernard Marchand, le directeur de la recherche du groupe.

Avec un budget dédié aux partenariats de 20 millions d’euros par an, le groupe Servier entend non seulement capter des molécules intéressantes, mais également développer des outils de découverte innovants, avec les cellules souches, l’imagerie… Reste au laboratoire à transformer ces nouvelles pistes en traitements. La route est encore longue: le premier biomédicament de Servier n’est pas attendu avant 7 ou 8 ans.


Anne Pezet & Rémy Maucourt

%%HORSTEXTE:%%

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS