Sernam : Bruxelles pourrait donner son accord

Le Commission européenne pourrait rendre mercredi 4 avril une décision favorable à la reprise du transporteur français par Geodis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sernam : Bruxelles pourrait donner son accord

La filiale de la SNCF propose pour une reprise partielle des activités de la Sernam et de la moitié de ses salariés (environ 826 personnes). Mais Geodis a posé une condition à cette offre. Il demande à ne pas avoir à rembourser à l’Etat les 642 millions d’euros versés à Sernam avant et au moment de sa privatisation en 2005.

Pour que ces termes soient acceptés, il faut prouver l’absence de continuité économique avant et après sa reprise. Les activités de Sernam et de Geodis doivent être jugées suffisamment différentes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

C’est la décision vers laquelle irait Bruxelles. Elle pourrait être annoncée demain, mercredi 4 avril. "La Commission va probablement vers une décision qui considérerait que le rachat d'actifs de Sernam ne constitue pas un transfert d'aides, sous réserve du respect de certains critères techniques", a indiqué une source proche à l'AFP.

La semaine dernière, Bruxelles semblait pessimiste sur la reprise de Sernam. "La stratégie économique de l'acheteur doit être différente de celle de la compagnie originelle, et il doit y avoir une réduction substantielle de ses capacités", insistait le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia,

Mais selon la Tribune, les services de la Commission européenne auraient finalement tranché en faveur d’une reprise par Geodis. Un revirement sans doute imputable au soutien du gouvernement français qui multiplie les contacts depuis plusieurs semaines pour tenter d’infléchir la décision.

"Paris s'efforce de pousser la Commission à prendre une décision collégiale", a révélé une source à l’AFP. Un lobbying apparemment appuyé par Thierry Mariani, le ministre des Transports, mais aussi le Premier ministre François Fillon.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS