Quotidien des Usines

Sercel va supprimer 112 emplois sur 910 en France

,

Publié le

La filiale équipement du groupe de recherche pétrolière CGG, Sercel, réagit à la baisse du prix du brut par un plan social. 112 emplois sont concernés par cette décision sur les sites de Carquefou (Loire-Atlantique), Les Ulis (Essonne) et Toulon (Var).

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer


Crédits Sercel - Sercel, filiale du groupe CGG, fabrique des équipements pour l'échographie des sous-sols et des fonds marins.

A la dégringolade des prix du pétrole, Sercel réagit par un plan social touchant 112 emplois sur les 910 que l'entreprise compte en France. La procédure a été ouverte le 14 décembre 2015 et doit s'étendre sur trois mois. Filiale équipements du groupe CGG, dont les actionnaires viennent de valider une recapitalisation de 350 millions d'euros, Sercel fabrique des équipements pour l'échographie des sous-sols et des fonds marins : des capteurs (géophones ou hydrophones), des câbles, des boitiers de récupération de données, des stations de traitement de ces données, et des camions sources provoquant les vibrations. L'entreprise fabrique également des instruments de puits de pétrole.

74 emplois à Nantes

Le siège social de Carquefou, près de Nantes (Loire-Atlantique), est concerné à hauteur de 74 emplois sur 584. Le site abrite un important centre de R&D et des services support à la production de capteurs. Le plan prévoit également la fermeture de deux unités, héritées d'opérations de croissance externe antérieures : Les Ulis en Essonne (29 salariés), spécialiste des outils de puits, et Toulon dans le Var (16 salariés), spécialisé dans les canons à air pour les navires d'exploration. Ces activités seront transférées sur les sites de Carquefou et de Saint-Gaudens (Haute-Garonne).

Également issus d'acquisitions, les sites de Brest dans le Finistère (20 salariés) et de Toulouse en Haute-Garonne (27 salariés), perdent respectivement 4 et 3 postes.

La CFDT conteste ce plan social estimant les indemnités de départ insuffisantes. Et elle conteste le fait que l'entreprise ne recoure pas à des mesures de temps partiel et de formation en attendant une remontée des cours du pétrole qui exigera de nouveau de la main d'œuvre. Le syndicat estime aussi que les seules mesures d'âges pourraient résoudre le sureffectif, 140 salariés sur 910 ayant plus de 55 ans. Mais, de son côté, la direction a indiqué aux salariés que le niveau d'activité des années 2012-2014 ne pourra être retrouvé à moyen terme.

Toujours bénéficiaire

Sur les neuf premiers mois de 2015, la branche équipement de CGG (Sercel essentiellement) a réalisé un chiffre d'affaires de 334,8 millions de dollars contre 583 millions au cours de la même période en 2014. La branche reste bénéficiaire avec un résultat d'exploitation de 25,8 millions de dollars contre 87,3 millions sur les neuf premiers mois de 2014. Des licenciements ont également eu lieu à l'étranger, Sercel employant 2 000 salariés au total, et un site anglais a été fermé.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte