Sencrop lève 1,4 million d’euros pour démocratiser l'agriculture de précision

Sencrop développe des capteurs météo connectés pour les agriculteurs. La jeune société créée il y a un an, lève 1,4 million d’euros auprès d’Emertec gestion et de Breega capital pour renforcer son équipe et entamer sa montée en puissance commerciale.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sencrop lève 1,4 million d’euros pour démocratiser l'agriculture de précision
Le capteur météo de Sencrop en situation.

Sencrop rend les champs connectés. La start-up agricole développe des capteurs pour permettre aux agriculteurs de suivre en temps réel les conditions météorologiques de leurs plantations. Elle vient de lever 1,4 million d’euros pour poursuivre le développement de sa technologie.
"Nous voulons commercialiser rapidement notre solution et la faire connaître, explique Martin Ducroquet, le cofondateur de Sencrop avec son associé Michael Bruniaux. Nous allons embaucher une équipe qui sera chargé de faire l’évangélisation de notre produit." La jeune société créée en janvier 2016 devrait presque doubler son effectif dans le courant de l’année pour passer de 6 personnes à 10 ou 12 collaborateurs.

Des capteurs météo connectés en bas débit

Les deux associés ont développé un système de capteurs météo pour les parcelles agricoles, qui relève automatiquement les données de pluviométrie, d’hygrométrie et la vitesse du vent. Ces capteurs sont connectés via des réseaux télécoms à bas débit (Sigfox, Lora, etc.) et transmettent toutes les quinze minutes les informations à l’application développée par Sencrop. Ils peuvent par ailleurs être déplacés en fonction des besoins de l’exploitant agricole.

L’application, sur tablette, smartphone ou ordinateur, permet à l’agriculteur d’obtenir les informations en temps réel sur sa parcelle, de les comparer par rapport à son historique et de se créer des alertes (en cas de gel pour un viticulteur, par exemple). Il peut affiner ses décisions en fonction des données précises de sa parcelle. Le cultivateur peut, par exemple, pulvériser son champ au moment où les produits seront le plus efficaces.

Des informations ultra-locales

"Notre enjeu, c’est de démocratiser l’agriculture de précision, résume Martin Ducroquet. Nous apportons une information ultra-locale qui permet une agriculture plus respectueuse de l’environnement et avec un meilleur rendement."

En termes de coût pour les agriculteurs, le capteur coûte 300 euros et l’abonnement annuel à la plate-forme de traitement des informations, 450 euros. Le prix de l’abonnement peut être réduit si l’agriculteur décide de partager ses informations avec ses voisins.

Deux investisseurs sont entrés dans le capital de Sencrop. Breega capital, un fonds de capital-risque spécialisé dans l’économie digitale, et Emertec gestion, spécialisé dans le numérique et l’environnement, ont participé à ce premier tour de table. Emertec, qui vient de fusionner avec Demeter, s’intéresse de près aux AgTech (start-up de l’agriculture), avec des investissements dans Naïo Technologies et ses robots d’assistance à l’entretien des parcelles, ou encore dans Ynsect, qui produit de la farine d’insecte pour nourrir les animaux. "Leurs réseaux et leurs expertises nous intéressent", explique le fondateur de la start-up.

L’augmentation de capital doit désormais permettre à Sencrop de monter en puissance. Elle équipe déjà des exploitations en France, mais espère pouvoir aussi se développer en Europe.

L’argument convaincant
Sencrop a été récompensée d’un "Sima innovation award". Les innovations récompensées seront exposées sur ce salon mondial des fournisseurs de l’agriculture à Paris au mois de février prochain.

Sencrop en chiffres
Chiffre d’affaires : Non communiqué
Effectif : 6 personnes
Montant de l’investissement : 1,4 million d’euros
Investisseurs : Emertec Partners, Breega Capital
Secteur : technologie pour l’agriculture

0 Commentaire

Sencrop lève 1,4 million d’euros pour démocratiser l'agriculture de précision

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS