Semaine de l’auto du 2 au 8 juillet

Partager

Coup de neuf chez PSA. Le groupe, qui a annoncé une chute de 14% de ses ventes mondiales au premier semestre, fait évoluer sa gamme et son équipe de direction. Avec le départ d’Isabel Marey-Semper, une des rares femmes un temps présente au comité de direction d’un grand industriel français s’efface.

Sous-traitants : les sauvetages, les fermetures. Bonne nouvelle pour le décolleteur Frank Pignard, repris par Maike. Mecachrome, de son côté, a reçu une proposition de reprise émanant d’un consortium auquel participe le FSI. Seulement une moitié de bonne nouvelle pour le fabricant de joints Cooper Standard, chez qui le plan social a été gelé. Chez Molex, c’est toujours la confusion qui prévaut, et cette fois les salariés ont décidé d'une grève illimitée. Fin de partie chez Mecaplast, qui va fermer deux sites et entamer un plan social.

Les Big Three se tournent vers l’avenir. General Motors, qui a enfin obtenu le feu vert du tribunal des faillites pour sa restructuration, s’apprête à lancer de nouveaux modèles cet été. Chrysler, de son côté, commence à matérialiser le futur de son alliance avec Fiat, sous les traits de la Fiat 500. Ford, qui n’est pas dans les mêmes draps que ses deux compatriotes, peut, lui, se permettre de jeter un coup d’œil dans le rétro. C’est son patron, Bill Ford, qui revient pour Fortune sur la façon dont le constructeur a évité la faillite.

Les nouvelles vertes : à vos calendriers. Les constructeurs égrènent les dates pour leurs plans produit de véhicules électriques. Dans l’ordre : au printemps 2010, une renaissance avec de nouveaux modèles produits sous l’ancienne marque Detroit Electric, disponibles en Europe et en Asie ; en septembre 2010, une expérimentation grandeur nature de Renault et EDF dans la région parisienne ; au deuxième semestre 2011, les hybrides diesel 3008 de Peugeot ; en 2013, le premier modèle tout-électrique de Volkswagen ; et l’annonce qu’en 2020, 10 à 25% des voitures qui sortiront de chez Ford seront hybrides ou électriques. Avec tout ça, les petites voitures électriques sans permis, qui sont déjà là depuis un bout de temps, font moins rêver. Aux Etats-Unis, Chrysler a décidé de se séparer d’une partie de son réseau de distribution spécialisé dans les quadricycles. Les hybrides, en revanche, résistent à la crise comme les petites citadines : il s’en est vendu en juin 9% de plus qu’il y a un an aux Etats-Unis.

Le suspense : dans la famille des repreneurs potentiels d’Opel, je demande le chinois. BAIC est toujours dans la course face à Magna pour racheter la marque de GM Europe. Si la reprise d’Opel est est depuis le début entourée d’un épais brouillard, les intentions de BAIC, elles, sont claires : en cas de reprise, le constructeur asiatique supprimerait plus de 7.500 emplois en Europe.


%%HORSTEXTE:%%

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS