Selon le gouvernement indien, il n'y a pas d'atteinte à la sécurité du pays dans les documents de DCNS

Le gouvernement indien a déclaré jeudi n'avoir identifié aucun risque immédiat pour sa sécurité lié à la fuite massive de données sur les sous-marins Scorpène commandés au français DCNS, révélée par un quotidien australien.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Selon le gouvernement indien, il n'y a pas d'atteinte à la sécurité du pays dans les documents de DCNS
Le gouvernement indien a déclaré jeudi n'avoir identifié aucun risque immédiat pour sa sécurité lié à la fuite massive de données sur les sous-marins Scorpène commandés au français DCNS, révélée par un quotidien australien. /Photo prise le 26 avril 2016/REUTERS/Stéphane Mahé

Le quotidien n'a toutefois publié qu'une infime partie des documents concernés, sans dévoiler de détails sur la conception et les capacités de furtivité du sous-marin.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Les documents qui ont été publiés (...) ont été étudiés et ne posent aucun risque du point de vue de la sécurité car les paramètres essentiels ont été occultés", a dit le ministère indien de la Défense dans un communiqué.

Les sous-marins commandés par l'Inde sont en cours de construction dans un chantier naval de Bombay et le premier d'entre eux doit entrer en service d'ici la fin de l'année. La fuite révélée par The Australian a suscité des interrogations sur la sécurité chez DCNS quelques mois après l'ouverture de négociations exclusives entre le groupe français et le gouvernement australien sur un contrat de 50 milliards de dollars australiens (34 milliards d'euros) portant sur les sous-marins Barracuda conçus par le français.

DCNS a déclaré mercredi attendre les résultats d'une enquête lancée par les autorités françaises afin de déterminer les responsabilités et les conséquences de cette fuite. L'Inde a "demandé au gouvernement français une enquête en urgence sur cet incident et de lui communiquer ses conclusions", a précisé le ministère de la Défense, ajoutant qu'il menait lui-même un audit interne et qu'il avait pris contact avec des gouvernements étrangers.

Pour Reuters, Douglas Busvine,; Marc Angrand pour le service français, édité par Bertrand Boucey

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS