Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Selon la CGT, Double A investit 20 millions d’euros à Alizay

, , , ,

Publié le , mis à jour le 15/01/2019 À 09H53

Selon la CGT, le papetier thaïlandais Double A va investir 20 millions d’euros dans une chaudière biomasse qui produira de la vapeur et de l’électricité sur son site d’Alizay dans l’Eure. L’industriel y fabrique depuis 2013 du papier de bureau haut de gamme avec 180 salariés. Le papetier compte tirer des revenus conséquents de la revente à EDF à tarif préférentiel de l’électricité "verte" produite par la nouvelle chaudière.

Selon la CGT, Double A investit 20 millions d’euros à Alizay
Selon la CGT, le papetier thaïlandais Double A va investir 20 millions d’euros dans une chaudière biomasse sur son site d’Alizay dans l’Eure.
© Claire Garnier

La nouvelle avait déjà été annoncée en février 2018. Selon la CGT, le papetier thaïlandais Double A va investir 20 millions d’euros dans une chaudière biomasse - alimentée par le bois des forêts environnantes - sur son site d’Alizay dans l’Eure qui emploie 180 salariés. L’industriel y fabrique depuis 2013 des ramettes de papier de bureau haut de gamme.

"La décision d’investissement est prise. Des entreprises extérieures sont arrivées sur le site, assure Jean-Yves Lemahieu, secrétaire du comité d'entreprise et délégué syndical CGT de l’usine. Mercredi 2 janvier, Denis Beauséjour, le directeur de l’usine, m’a appelé pour m’informer de la décision du groupe d’investir 20 millions d’euros dans une chaudière biomasse. L’information a, en parallèle, été diffusée par mail aux salariés présents." Le projet vise à transformer une ancienne chaudière industrielle qui brûlait des résidus de fabrication de pâte à papier. Fermée en 2009 par l’ancien propriétaire du site M-Real, l’usine de pâte à papier n’a pas été relancée par Double A, le nouveau propriétaire qui a choisi de faire venir sa pâte à papier - issue de bois d’eucalyptus - de Thaïlande.

Si la direction ne souhaite faire "aucun commentaire" sur l’investissement dans la chaudière biomasse, le maire (PCF) d’Alizay Arnaud Levitre a, lui, aussitôt relayé l’information syndicale en postant sur Facebook le 4 janvier un message enthousiaste. "Ne boudons pas notre plaisir" a-t-il réagi, rappelant la forte mobilisation qui avait prévalu pour relancer l’activité, lors de la fermeture du site, qui comptait 330 salariés, en 2012 par le papetier finlandais M-Real.


                                                                                                                                                                                             © Claire Garnier

Electricité rachetée par EDF

La future chaudière produira de la vapeur (200 tonnes/heure) qui alimentera la machine à papier et actionnera une turbine qui produira de l’électricité. Elle sera revendue à EDF à un tarif préférentiel, dans le cadre du dispositif de soutien à la production d’électricité d’origine renouvelable. M-Real avait déposé auprès de la Commission de la régulation de l’énergie (CRE) un dossier de candidature dans le cadre du troisième appel d’offres gouvernemental "biomasse" visant à soutenir la production d’électricité renouvelable.

Ce projet, "biomasse energy d’Alizay", d’une puissance électrique de 50 MW avait été retenu en 2010 pour une mise en application en 2012. Reprenant le site d’Alizay en 2013, Double A avait racheté la société Bio Energie Alizay créée par M-Real pour "porter" ce projet. Ce dispositif va permettre à Double A de générer des revenus de "plusieurs millions d’euros par an et de rentabiliser la fabrication de papier sur le site", estime Jean-Yves Lemahieu. "Cela va pérenniser l’activité du site jusqu’en 2032", le dispositif entrant en application en 2012 pour une durée de 20 ans.

Le projet financé sur la fortune personnelle du président de Double A

Faute de commandes suffisantes, l’usine ne tourne pas à plein régime et enchaîne les périodes de chômage partiel depuis 2016. C’est peut-être ce qui explique la frilosité des établissements financiers sollicités par Double A pour financer son projet de chaudière biomasse. "Le projet est financé sur la fortune personnelle du président Double A, Yothin Dumnernchanvanit, avec un soutien de la région Normandie d’un million d’euros", précise Jean-Yves Lemahieu. Investissement confirmé par la collectivité.

Le rôle d’intermédiaire joué par le département de l’Eure en 2013

C’est pour se rapprocher de ses clients européens que Double A, jusque-là uniquement présent en Thaïlande avec trois machines à papier et deux usines de pâte, s’était porté candidat pour le rachat du site d’Alizay après le désengagement de M-Real. Cette relance avait été rendue possible par deux années de mobilisation des salariés et des élus.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle