Selon l’intersyndicale de Petroplus, le gouvernement français bloque la cession de la raffinerie

"Le gouvernement ne veut pas céder le site de Petroplus à un repreneur d’un pays émergent", estime Yvon Scornet, responsable CGT de l’intersyndicale de la raffinerie liquidée le 16 avril 2013.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Selon l’intersyndicale de Petroplus, le gouvernement français bloque la cession de la raffinerie

Liquidée le 16 avril 2013 par le tribunal de commerce de Rouen (Seine-Maritime), la raffinerie rouennaise Petroplus (470 salariés) peut-elle être encore cédée à un repreneur en vue d’un redémarrage ? Selon Yvon Scornet, le responsable CGT de l’intersyndicale de la raffinerie, ce redémarrage serait possible mais, affirme-t-il, toute reprise est "bloquée" par le gouvernement français, ce dernier jugeant les repreneurs non fiables.

Selon le syndicaliste qui est en contact avec plusieurs repreneurs dont le lybien Murzuq Oil, ainsi qu’un pétrolier subsaharien, "le gouvernement français ne veut pas céder le site à un repreneur d’un pays émergent". (Le site de Petroplus n’intéresse visiblement pas les majors européens et américains du raffinage, Ndlr).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon lui, Murzuq Oil vient de se voir réclamer 15 millions d’euros supplémentaires alors qu’il serait déjà prêt à investir près de 300 millions d’euros. "Il a un projet solide industriellement parlant" assure le syndicaliste, précisant que cette société pourrait produire à la fois des huiles et des carburants (diesel et essence). En ce qui concerne l’Iran où il a eu des contacts par le passé, Yvon Scornet dit avoir rencontré des "barrières énormes" de la part du gouvernement français. Les pays occidentaux, faut-il le rappeler, boycottent l’Iran.

Le syndicaliste dit avoir écrit au gouvernement, sans avoir reçu de réponse. Il dit aussi avoir contacté Laurent Fabius, ex-député (PS) de Seine-Maritime et ministre des Affaires étrangères du gouvernement et avoir pour toute réponse, reçu un "silence radio".

Marie Paradis

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS