Selni retire son offre de reprise sur FagorBrandt

Seuls l’algérien Cevital et le vendéen Variance Technologies restent réellement candidats à la reprise partielle du fabricant d’électroménager FagorBrandt, suite au retrait ce 29 janvier de Selni et au désintérêt de Sun Capital.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Selni retire son offre de reprise sur FagorBrandt

Ils ne sont vraisemblablement plus que deux candidats sérieux à la reprise partielle de FagorBrandt, en redressement judiciaire depuis le 7 novembre. Selon nos informations, la PME nivernaise Selni, spécialisée dans les moteurs de lave-linge et sèche-linge, a finalement décidé, ce 29 janvier, de retirer son offre partielle qui concernait l’usine de La-Roche-sur-Yon (Vendée), où sont fabriqués sèche-linge, lave-linge et lave-vaisselle.

L’information a été confirmée à L’Usine nouvelle par la direction de Selni, qui n’a pas souhaité donner d’avantage d’explications sur ce retrait surprise. Selon certaines sources, la PME, toujours en plan de continuation suite à une procédure de sauvegarde il y a quatre ans, aurait préféré se concentrer sur deux gros dossiers en cours : la reprise du site Electrolux de Revin (Ardennes), plus lourde que prévue, et sa récente implantation industrielle en Turquie.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La reprise du site FagorBrandt de La-Roche-sur-Yon aurait été épineuse. Elle était conditionnée à un contrat de sous-traitance avec le futur repreneur des autres activités du groupe. Ce dernier, qui devrait être choisi fin février par le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine), doit de son côté être sûr de récupérer la propriété des marques Brandt, Vedette, Sauter et De Dietrich notamment, actuellement détenues par une société irlandaise, filiale de Fagor Electrodomesticos en Espagne. Pas si simple.

Variance Technologies reste intéressé par les sites vendéens

Le retrait de Selni de la course n’est pas une excellente nouvelle pour les salariés vendéens de FagorBrandt. La connaissance du métier de Selni (ancienne filiale du groupe Brandt) et la complémentarité de son offre avec celle de Cevital donnait de l’espoir aux salariés. Paul Briglia, délégué syndical CGT, se veut rassurant. "L’offre de Variance Technologies sur les sites vendéens est des plus sérieuses. Elle émane de personnes qui connaissent bien nos métiers, plasturgie et sérigraphie notamment. Leurs ambitions est de faire de La Roche et Aizenay des sites spécialisés dans la fabrication d’appareils haut de gamme pour différents groupes du secteur", a-t-il affirmé, à la sortie d’un Comité central d’entreprise (CCE) qui se tenait à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le siège de FagorBrandt.

Désintérêt de Sun Capital

De son côté, les représentants du fonds Sun Capital ne se sont pas déplacés ce 29 janvier, pour présenter leur offre aux syndicats, à l’instar de Cevital et Variance Technologies. De facto, il y a peu de chance que leur proposition de reprendre 700 salariés sur 1 800, soit sérieusement considérée par le tribunal de commerce. "En théorie, les repreneurs ont encore jusqu’au 10 février au soir, pour déposer leur dossier définitif de reprise", a expliqué Paul Briglia. Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) examinera le 13 février les offres définitives de reprise lors d’une audience.

FagorBrandt emploie près de 1 900 salariés et possède quatre usines dans l’Hexagone : Saint-Jean-de-Ruelle, près d’Orléans (Loiret), Vendôme (Loir-et-Cher), Aizenay (Vendée) et La-Roche-sur-Yon (Vendée). Le groupe travaillait également en sous-traitance avec un ancien site basé à Lyon, SITL, aujourd’hui aussi en redressement judiciaire.

Adrien Cahuzac

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SOURCES
ARTICLES LES PLUS LUS