Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Selni retire son offre de reprise sur FagorBrandt

, , ,

Publié le , mis à jour le 29/01/2014 À 18H56

Exclusif Seuls l’algérien Cevital et le vendéen Variance Technologies restent réellement candidats à la reprise partielle du fabricant d’électroménager FagorBrandt, suite au retrait ce 29 janvier de Selni et au désintérêt de Sun Capital.

Selni retire son offre de reprise sur FagorBrandt © Pascal Guittet

Ils ne sont vraisemblablement plus que deux candidats sérieux à la reprise partielle de FagorBrandt, en redressement judiciaire depuis le 7 novembre. Selon nos informations, la PME nivernaise Selni, spécialisée dans les moteurs de lave-linge et sèche-linge, a finalement décidé, ce 29 janvier, de retirer son offre partielle qui concernait l’usine de La-Roche-sur-Yon (Vendée), où sont fabriqués sèche-linge, lave-linge et lave-vaisselle.

L’information a été confirmée à L’Usine nouvelle par la direction de Selni, qui n’a pas souhaité donner d’avantage d’explications sur ce retrait surprise. Selon certaines sources, la PME, toujours en plan de continuation suite à une procédure de sauvegarde il y a quatre ans, aurait préféré se concentrer sur deux gros dossiers en cours : la reprise du site Electrolux de Revin (Ardennes), plus lourde que prévue, et sa récente implantation industrielle en Turquie.

La reprise du site FagorBrandt de La-Roche-sur-Yon aurait été épineuse. Elle était conditionnée à un contrat de sous-traitance avec le futur repreneur des autres activités du groupe. Ce dernier, qui devrait être choisi fin février par le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine), doit de son côté être sûr de récupérer la propriété des marques Brandt, Vedette, Sauter et De Dietrich notamment, actuellement détenues par une société irlandaise, filiale de Fagor Electrodomesticos en Espagne. Pas si simple.

Variance Technologies reste intéressé par les sites vendéens

Le retrait de Selni de la course n’est pas une excellente nouvelle pour les salariés vendéens de FagorBrandt. La connaissance du métier de Selni (ancienne filiale du groupe Brandt) et la complémentarité de son offre avec celle de Cevital donnait de l’espoir aux salariés. Paul Briglia, délégué syndical CGT, se veut rassurant. "L’offre de Variance Technologies sur les sites vendéens est des plus sérieuses. Elle émane de personnes qui connaissent bien nos métiers, plasturgie et sérigraphie notamment. Leurs ambitions est de faire de La Roche et Aizenay des sites spécialisés dans la fabrication d’appareils haut de gamme pour différents groupes du secteur", a-t-il affirmé, à la sortie d’un Comité central d’entreprise (CCE) qui se tenait à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le siège de FagorBrandt.

Désintérêt de Sun Capital

De son côté, les représentants du fonds Sun Capital ne se sont pas déplacés ce 29 janvier, pour présenter leur offre aux syndicats, à l’instar de Cevital et Variance Technologies. De facto, il y a peu de chance que leur proposition de reprendre 700 salariés sur 1 800, soit sérieusement considérée par le tribunal de commerce. "En théorie, les repreneurs ont encore jusqu’au 10 février au soir, pour déposer leur dossier définitif de reprise", a expliqué Paul Briglia. Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) examinera le 13 février les offres définitives de reprise lors d’une audience.

FagorBrandt emploie près de 1 900 salariés et possède quatre usines dans l’Hexagone : Saint-Jean-de-Ruelle, près d’Orléans (Loiret), Vendôme (Loir-et-Cher), Aizenay (Vendée) et La-Roche-sur-Yon (Vendée). Le groupe travaillait également en sous-traitance avec un ancien site basé à Lyon, SITL, aujourd’hui aussi en redressement judiciaire.

Adrien Cahuzac

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

31/01/2014 - 12h43 -

je suis un petit patron d'une TPE, fournisseur de Fagor Brandt qui vient d'apprendre ce matin que je ne serais jamais payé de mes factures en attentes. qui parle des dommages collatéraux, personne !!!! finalement, nous les fournisseurs, allons payer les licenciements de ce groupe, et aucun ministre ne se bat pour nous !!!! je suis profondement ecoeuré et découragé...
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle