Segula Technologies imagine une mobilité qui rend service

L'ingénieriste Segula Technologies s'est lancé le défi d'imaginer le véhicule vertueux. Au Mondial de Paris, son concept-car présente trois technologies destinées à rendre le véhicule de demain plus écologique et plus sûr.

 
Partager
Segula Technologies imagine une mobilité qui rend service

L'automobile dégrade l'environnement, sur la route elle est dangereuse pour le conducteur et pour les autres usagers. Et si l'on repensait tout depuis le début ? A l'occasion du Mondial de Paris, le groupe français d'ingénierie Segula Technologies présente trois technologies destinées à rendre les voitures plus vertueuses. La première est un système de récupération de l'énergie dissipée par le moteur. Plusieurs constructeurs et équipementiers ont déjà annoncé qu'ils travaillaient dans cette direction, mais Segula ouvre une nouvelle voie.

Accumulateur chimique

Le système proposé utilise un accumulateur chimique dont le fonctionnement ressemble à celui d'une chaufferette de poche : il contient un liquide à deux phases, qui se solidifie lorsqu'il emmagasine des calories, et retrouve sa phase liquide en les évacuant. L'avantage est que la captation de chaleur est rapide (30 km pour une charge complète) et que l'accumulateur est stable en phase solide, autrement dit il peut conserver son énergie aussi longtemps que nécessaire. Du côté des usages, une des pistes est bien sûr de réchauffer l'habitacle sans consommer d'électricité. La solution serait plus simple et donc moins onéreuse que les systèmes de type "Rankine" qui transforment la chaleur en électricité.

Mais Segula Technologies voit plus loin, et imagine que ces voitures pourraient fournir de la chaleur à des maisons. "Plutôt que d'essayer de réduire le CO2 gramme par gramme, par petites améliorations, nous avons voulu penser au véhicule intégré dans son environnement, et nous nous sommes dit qu'il pouvait devenir une source d'énergie. Aujourd'hui vu comme pollueur, il pourrait demain être bienfaiteur", s'enthousiasme Franck Vigot, Président de la division automobile du groupe d'ingénierie. Selon ses calculs, une charge de 30 km pourrait fournir 25 000 kilo-joules, de quoi alimenter tous les jours un ballon d'eau chaude de 200 litres. "Toutes les briques technologiques existent", assure Franck Vigot.

Soutien médical assuré

Après l'environnement, les ingénieurs de Segula se sont intéressés à la sécurité du conducteur. Là aussi, l'ambition est forte et assumée: pourquoi ne pas faire un véhicule qui sauve des vies ? Le concept-car est équipé d'un système de mesure biométrique complet (caméra rétinienne, cardiofréquencemètre, etc.) qui analyse la santé du conducteur. "La voiture sera capable de détecter un malaise avant que l'être humain n'en ressente les symptômes, avance Franck Vigot. Le cas échéant, elle pourra se ranger d'elle-même sur le bas-côté, prévenir une ambulance, et envoyer au médecin l'enregistrement cardiaque des minutes précédent l'événement". Qui peut le plus peut le moins : en usage quotidien, les mesures biométriques permettront à la voiture de changer l'ambiance à bord si elle détecte un stress du conducteur.

Le LiFi, il suffisait d'y penser

Enfin, Segula a réfléchi à une manière d'éliminer à l'avenir toute collision entre les voitures. "Aujourd'hui les travaux en matière de communications car-to-car portaient surtout sur des liaisons Wifi qui émettent et reçoivent des données via le Cloud, c'est trop lent pour réagir en cas d'urgence, explique Franck Vigot. Nous proposons une transmission directe entre véhicules, grâce à une liaison LiFi qui utilise la lumière pour envoyer des données". L'intérêt de cette technologie, c'est d'abord son coût. Tous les nouveaux véhicules sont équipés de feux à LED, auxquels il suffit d'ajouter un module LiFi pour les rendre communicants. "Dès lors qu'un véhicule active son frein d'urgence, il prévient instantanément le véhicule qui le suit. Ensuite, l'information peut être répercutée en cascade, éliminant ainsi à l'avenir tous les risques de carambolages", promet Franck Vigot.

Ce qui est sûr, c'est que cette liaison LiFi entre véhicules est un bon moyen de compenser les points faibles des autres systèmes de sécurité active. Les radars mettent un certain temps à détecter que le véhicule de devant a commencé à freiner, alors qu'ici c'est instantané. Quant aux fonctions d'anticipation de bouchons, promises par les solutions de cartographie, elles seront dépendantes de l'état de la connexion. Au final, voici une brique technologique qui a de grandes chances d'équiper les voitures autonomes de demain.

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS