Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Ségolène Royal propose trois mesures pour lutter contre la pollution aux particules fines

,

Publié le

Pour prévenir les futurs pics de particules fines dans l'atmosphère, Ségolène Royal annonce des mesures en faveur du véhicule électrique. Leur mise en application rapide aura cependant des effets limités sur les épisodes de pollution à venir. 

Ségolène Royal propose trois mesures pour lutter contre la pollution aux particules fines © Flickr c.c. Damián Bakarcic

Suite au long épisode de pollution aux particules fines qui a touché les régions parisienne, lyonnaise ainsi que le grand Est début décembre, la ministre de l’Environnement est sortie de son silence pour présenter samedi 10 décembre une série de mesures visant à prévenir ce type d’événement. Pas de révolution, mais plutôt le déploiement d’outils envisagés depuis longtemps et dont la mise en place va être accélérée.

Des mesures en faveur de la mobilité propre 

Tout d’abord, le gouvernement annonce que la prime de conversion de 10 000 euros pour les particuliers visant à abandonner un véhicule diesel de plus de dix ans pour un véhicule électrique est étendue aux utilitaires et aux taxis. Les professionnels bénéficiaient déjà une d’une prime écologique de 6 000 euros qui se voit donc rallonger de 4000 euros. La ministre a rappelé par ailleurs qu’une prime de 1000 euros est prévue pour l’achat d’un scooter électrique et qu’une prime pour l’achat d’un vélo à assistance électrique est à l’étude.

Des vignettes contre la pollution 

Prévue à Paris à partir du 16 janvier, cette mesure va être étendue à toutes les zones souffrant de pics de pollution. Il s’agit d’appliquer sur les véhicules des vignettes de qualité de l’air. Au lieu de la circulation alternée qui s'est révélée inefficace, les préfets pourront progressivement interdire aux véhicules les plus polluants de circuler.

Des autoroutes gratuites 

La ministre assure s’être rapprochée des sociétés concessionnaires d’autoroutes pour étudier la possibilité de rendre les péages gratuits pour les véhicules électriques. Du côté de ces dernières, on assure que discriminer les véhicules électriques aux gares de péages n’est pas possible pour l’instant.

Si ces mesures vont dans le bon sens, aucune ne vont malheureusement changer à court terme la donne sur la pollution aux particules fines. Si le trafic en est pour large partie responsable, il ne faut pas oublier que le chauffage, l’agriculture et les pollutions importées en sont aussi responsables. D’autre part, on peut regretter qu’une fois de plus la ministre se concentre principalement sur la circulation électrique sans prendre en compte les autres mobilités propres comme les véhicules à gaz ou à hydrogène.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle