Ségolène Royal fixe des objectifs pour l’effacement de consommation, mais où sont les budgets ?

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a approuvé un objectif total de 2300 MW d’effacement de consommation d’électricité pour 2016. Des ambitions bien modestes, faute de budget à la hauteur.

Partager

Ambitieux, vraiment ? La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a annoncé "des objectifs ambitieux de développement des effacements de consommation d’électricité pour l’appel d’offres qui sera lancé d’ici la fin de l’année", affirme un communiqué publié ce 16 octobre.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un objectif de 2 000 MW a été fixé pour les grands sites de consommation (puissances supérieures à 36 kVA) et 300 MW sont visés pour les effacements réalisés sur les petits sites résidentiels et professionnels. Le ministère revendique une progression de près de 25% par rapport à 2015

L’effacement, c’est la réduction temporaire de sa consommation d’électricité pour soulager les tensions sur le réseau électrique, contre rémunération. Une idée simple qui suscite une bataille sans fin en France, mais aussi aux Etats-Unis, avec des fournisseurs d’énergie qui freinent des quatre fers. C’est RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, qui les attribue par appels d’offres et supervise leur mise en œuvre. 2000 MW avaient été contractualisés pour 2015.

Budget de moins de 20 millions d’euros

Passer à 2300 MW représente donc une progression assez modeste, d’autant que 3000 à 4000 MW d’effacement pourraient être mobilisés rapidement chez les industriels, selon les agrégateurs. La limitation des ambitions françaises passe par des limites budgétaires. Le communiqué ne précise en effet pas quels moyens seront affectés à l’effacement en 2016. Ces dernières années, le budget français n’a pas dépassé les 20 millions d’euros, déplorent les agrégateurs. Soit bien moins qu’en Italie ou en Espagne.

Volume en hausse mais budget qui ne suit pas : "effacé" de la première heure, le savoyard MSSA a vu la rémunération de ses effacements divisée par 4 ou 5 entre 2011 et 2015. Pas de quoi stimuler de vraie progression.

Manuel Moragues

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS