Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Ségolène Royal et Manuel Valls s'affrontent sur le sujet des "boues rouges" de Gardanne

Léna Corot

Publié le

Ségolène Royal réaffirme son opposition à Manuel Valls dans le dossier des "boues rouges" de Gardanne. En décembre 2015, elle s'était déjà opposée à l'autorisation accordée pour six ans à l'usine Altéo de rejeter en mer un "liquide filtré" contenant notamment de l'arsenic et de l'aluminium.

Ségolène Royal et Manuel Valls s'affrontent sur le sujet des boues rouges de Gardanne
Ségolène Royal persévère dans son opposition avec Manuel Valls sur le dossier des "boues rouges" de Gardanne.
© Jean-Christophe Barla

Ségolène Royal, la ministre de l’Environnement, continue de s’opposer à Manuel Valls sur le dossier "des boues rouges" de l’usine Altéo de Gardanne. Elle critique de nouveau l’autorisation de rejet donnée à Altéo par le préfet des Bouches-du-Rhône. Depuis le 31 décembre 2015, Altéo ne rejette plus les résidus solides de bauxites issus de sa production d’alumines dans le Parc national des Calanques, mais un liquide filtré. Le préfet lui a donné l’autorisation de rejeter en mer ce liquide pour 6 ans.

Dans l’émission "Thalassa" sur les boues rouges, elle clame que c’est Manuel Valls qui a pris cette décision contre son avis. Elle explique ne pas s’y être opposée "parce que Manuel Valls a décidé le contraire. Il est Premier ministre, il a décidé le contraire de ce que dit sa ministre de l’Environnement. […] Je ne peux pas donner un contre ordre". Elle ajoute : "En revanche mon rôle c’est de dire que je ne suis pas d’accord".

Ségolène Royal affirme que les rejets sont toujours toxiques : "On nous a raconté que maintenant c'est stabilisé dans l'eau. Mais non ce n'est pas stabilisé dans l'eau". La ministre de l'Environnement ajoute : "Le jour où ce sera interdit, on se dira : Mais comment est-ce-que ça a pu même exister ?". Ségolène Royal affirme donc clairement toujours être en opposition avec la décision prise en décembre dernier.

Manuel Valls : "Je gouverne, je décide, chacun doit être à sa tâche avec l’esprit et le sens du collectif"

Manuel Valls, en marge d’une visite à la Foire européenne de Strasbourg, vendredi matin, a recadré Ségolène Royal : "Je gouverne, je décide, chacun doit être à sa tâche avec l’esprit et le sens du collectif". Il ajoute que la décision de poursuivre l’activité d’Altéo permet "à l’activité économique et à des milliers d’emplois d’être préservés".

La préfecture des Bouches-du-Rhône, dans un communiqué, explique qu’Altéo a l’autorisation de dépasser les seuils européens d’arsenic et d’aluminium pour ses rejets, mais : "Le niveau des rejets continue de diminuer".

La préfecture précise : "La société Altéo travaille avec plusieurs entreprises sur des projets pilotes industriels in situ pour mettre au point de nouvelles technologies permettant de diminuer les rejets et de nature à préserver les 440 emplois directs du site et les centaines d’emplois qui en dépendent". Lorsque le préfet a accordé l’autorisation de rejet en décembre 2015, Ségolène Royal avait évoqué "une mauvaise décision essentiellement suscitée par le chantage à l’emploi".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle