Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse tentent de parer aux critiques sur leur action en matière de bâtiment

Manuel Moragues

Publié le

Dans une conférence de presse organisée dans la précipitation, Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse, respectivement ministres de l'Environnement et du Logement, ont tenté d'étouffer les critiques sur leur action en matière d'efficacité énergétique du bâtiment. Une seule annonce : la création d'un label "énergie-carbone" pour expérimenter la réglementation environnementale 2018.

Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse tentent de parer aux critiques sur leur action en matière de bâtiment © CC Twitter

Service minimum pour Ségolène Royal et Emmanuelle Cosse. La ministre de l'Environnement et la ministre du Logement ont tenu ce vendredi 1er juillet une conférence de presse au ministère de l'Environnement. Toutes deux devaient y présenter "leurs orientations pour le déploiement des bâtiments à énergie positive et bas carbone et les mesures nouvelles pour accélérer la rénovation énergétique". Elles ont essentiellement ressassé la partie concernant le bâtiment de la loi sur la transition énergétique votée le 17 août 2015 ainsi que des mesures déjà lancées.

Surtout, après leurs discours respectifs, Ségolène Royal s'est immédiatement éclipsée, suivie peu après par Emmanuelle Cosse. Sans se prêter au jeu des questions-réponses avec les journalistes égarés à l'Hôtel de Roquelaure. Les "témoins", architectes, bailleurs sociaux, etc. qui les ont remplacées sur l'estrade pour délivrer d'optimistes messages n'ont fait que confirmer l'impression donnée par cette conférence de presse organisée au dernier moment : il s'agissait d'étouffer les critiques virulentes entendues deux jours plus tôt à l'Assemblée Nationale.

Comme le rapporte le journal en ligne Contexte, les intervenants auditionnés le 29 juin par la Mission d'évaluation du développement des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique ont en effet vertement  "critiqué le décalage entre les ambitions de la loi [de transition énergétique, ndlr] et son application en matière de bâtiment". Difficile d'imaginer que ces experts aient été impressionnés aujourd'hui par le rappel des actions déjà menées par le gouvernement, des multiples plans et des décrets publiés ou en consultation.

Cumuler Bepos et stratégie bas-carbone

Outre le lancement d'un appel à projet pour accélérer la rénovation des copropriétés, la seule annonce des ministres aura été celle de la création d'un label "énergie-carbone" pour préparer et expérimenter la réglementation environnementale 2018 des constructions neuves. "Ce label vise à cumuler les critères du bâtiment à énergie positive avec la stratégie nationale bas-carbone qui prévoit une réduction de 87% des émissions de CO2 du secteur du bâtiment à l'horizon 2050", a expliqué Ségolène Royal.

Le bâtiment à énergie positive, ou Bepos, promeut le déploiement des énergies renouvelables au niveau des constructions et inclut toutes les consommations du bâtiment à la différence de la réglementation thermique 2012. Quant à l'accent mis sur les émissions de CO2, - outre la prise en compte de l'impact de la construction -, il constitue pour la partie exploitation du bâtiment une belle victoire pour la filière électrique. Celle-ci se plaint en effet depuis des années que la RT 2012, en se focalisant sur l'énergie primaire plutôt que sur le CO2, privilégie le gaz au détriment de l'électricité nucléaire.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte