Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

"Ségolène Royal doit revenir sur le dossier du gaz de schiste", selon Jean-Louis Schilansky

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Entretien Jean-Louis Schilansky, Président de l’Union Française de l’Industrie Pétrolière (UFIP), ne préjuge pas de la politique de la nouvelle ministre Ségolène Royal mais souhaite qu’elle redonne de la visibilité à l’exploitation pétrolière et qu’elle applique totalement la loi de juillet 2011 sur le gaz de schiste.

Ségolène Royal doit revenir sur le dossier du gaz de schiste, selon Jean-Louis Schilansky © Pascal Guittet

L'Usine Nouvelle - Comment accueillez-vous l’arrivée de Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie ?

Jean-Louis Schilansky - Le fait que les ONG se réjouissent autant m’inquiète un peu (Il rit) … Plus sérieusement, je ne la connais pas particulièrement, mais nous allons vers elle avec un esprit ouvert. Nous (l’industrie pétrolière, ndlr) sommes des acteurs de l’énergie et du mix énergétique. Nous voulons une approche concrète, pragmatique de ces questions. Cela a pris du temps, mais nous avions réussi à lier de vrais liens de travail avec l’équipe ministérielle précédente. Nous espérons vraiment ne pas devoir repartir de zéro.

Quels sont, selon vous, ses grands dossiers?

Elle a, devant elle, des dossiers très importants, très lourds qui ont un impact important en matière de compétitivité. Ainsi, il faut qu’elle se penche sur la continuité et à la survie de l’exploration et exploitation pétrolière en France alors que de nombreux permis sont aujourd’hui bloqués. Elle doit faire aboutir l’évolution du code minier.

Enfin, il y a nécessité de revenir sur le dossier de gaz de schiste pour savoir si la loi sera un jour appliquée jusqu’au bout (la loi qui interdit la fracturation hydraulique prévoit la création d’une "Commission nationale d'orientation, de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux", à laquelle les ministres précédents se sont toujours opposés, ndlr).

Etes-vous déçu que l’énergie n’ait pas rejoint l’industrie dans un même ministère ?

Déçu non, mais je suis préoccupé. Je m’inquiète, une fois de plus, qu’on ne lie l’énergie qu’à la question climatique. Je ne nie pas qu’il y a un lien entre les deux, il est même fondamental. Mais l’énergie a une dimension d’indépendance du pays, de compétitivité et de climat. Ne regarder la question que sous un seul de ces aspects serait une erreur.

Propos recueillis par Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle