Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Ségolène Royal démarre la route solaire sur les chapeaux de roues

Manuel Moragues ,

Publié le , mis à jour le 22/12/2016 À 10H16

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal inaugue ce jeudi 22 décembre, en Normandie, la première route solaire au monde. La première dalle solaire des 1000 kilomètres qu’elle veut voir installés en cinq ans. Si la technologie est séduisante, son déploiement si rapide à grande échelle paraît aberrant.

Ségolène Royal démarre la route solaire sur les chapeaux de roues © © Joachim Bertrand / COLAS

Quelle accélération ! Quelques mois à peine après que la route solaire de Colas ait été dévoilée, la ministre de l’Environnement a inauguré la toute première route solaire, ce jeudi 22 décembre. Le 21 mars dernier, avait été posée "une dalle du premier chantier de route solaire en France à Marseille", comme l’explique un communiqué du ministère. Et de poursuivre : "Cette étape marque le lancement du programme des 1 000 kilomètres de la route solaire en France" que Ségolène Royal avait annoncé lors de la COP 21, en décembre, puis confirmé en janvier 2016. C’est un premier pas modeste, avec 15 mètres carrés prévus, mais l’ambition est forte.

La ministre s’est donné cinq ans pour réaliser ces 1000 km. Et veut démarrer très vite. Le communiqué du ministère décline les étapes prévues : mobilisation des acteurs privés avec l’appel à projet "Route du futur" du programme d’investissement d’avenir avec remise des dossiers au printemps 2016 ; définition d’ici le printemps 2016 par l’État du cadre réglementaire de déploiement de la route solaire ; généralisation à partir de 2016 des expérimentations ; industrialisation à partir de 2017 et déploiement.

Prouesse technologique

Pas d’hésitation, pas de temps mort, on fonce ! De quoi se féliciter, selon le ministère : "La France confirme ainsi son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique grâce à des solutions profondément novatrices, uniques au monde."

La technologie, baptisée Wattway, que la filiale de Bouygues a développé représente en effet une prouesse a priori inégalée : il s’agit de dalles de panneaux solaires encapsulés dans une résine protectrice que l’on peut coller sur des routes existantes. Colas revendique une épaisseur de seulement 7 millimètres et une capacité de production d’électricité de 110 Watts par mètre carré, à peine moins qu’un module photovoltaïque standard. Des performances impressionnantes pour un panneau capable de se faire rouler dessus par un 36 tonnes.

Moins d'électricité produite

Seulement, voilà : pourquoi voudrait-on en aligner 1 000 km ? Et surtout si vite ? Cette technologie dispose d’un retour d’expérience plus que limité et souffre, au moins en théorie de sérieux handicaps : un panneau à l’horizontal produit 10% à 15% de moins d’électricité qu’un panneau incliné classiquement à 35°. La résine absorbe forcément de la lumière donc limite le rendement (2% perdu selon Colas). La route est exposée à bien plus de salissures susceptibles de réduire l’illumination. La durée de vie sera difficilement à la hauteur des 20 à 25 ans des panneaux classiques. Donc la route solaire devrait générer largement moins d’énergie au mètre carré qu’un panneau classique.

six fois le coût d'une centrale solaire au sol !

Elle coûtera en revanche beaucoup plus cher. Colas a annoncé un coût d’investissement de six euros le Watt installé. C’est six fois le coût d’une centrale solaire au sol ! Le solaire en France est enfin devenu compétitif – les développeurs ont offert des prix de l’électricité descendant à 70 euros/MWh lors du dernier appel d’offres. Le temps des subventions faramineuses est terminé. Pourquoi relancer un solaire version "high-cost" ? Le gouvernement et Ségolène Royal en particulier ont redonné des couleurs au solaire en France. Le soutien à de nouvelles technologies est louable. Mais 1000 km ? Cela représenterait plusieurs milliards d’euros d’investissement ! L’accélération confine à la sortie de route.


Manuel Moragues

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

29/03/2016 - 17h13 -

Giscard d' d’Estaing a eu les avions renifleurs et Hollande veut sa route solaire.
On comprend la précipitation car ils sont sur le siège éjectable
Mais l'opération est irréalisable autant sur le plan financier que juridique.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/03/2016 - 07h58 -

Merci d'avoir donné les inconvénients de cette route solaire. Un route solaire oui, mais une route couverte par un toit avec des panneaux dessus.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/03/2016 - 17h50 -

Qu'en est-il de l'adhérence par rapport au bitume ?
Connaissant le manque d'adhérence sur les larges bandes blanches des passages piéton, j'ai du mal à croire que ça ne va pas glisser sur cette résine, surtout par temps de pluie.
Répondre au commentaire
Nom profil

22/03/2016 - 08h37 -

Elle a touché combien de Colas ? A vomir de voir ainsi mes impots s'envoler...Et bizarrement, aucun politique, aucune voix publique ne s'élève contre de telles gabegies...
Répondre au commentaire
Nom profil

21/03/2016 - 20h01 -

Un petit calcul "coin de table" pour éclairer l'intérêt du projet :

Disons que cette route fasse 10m de large, pour 1000km de long, vous obtenez une superficie de 10 000 000 m², ce qui correspond avec 110 Watts au m², à une puissance installée de 1 100 MW. Et, avec 6 euros le m², vous avez un investissement de 6.6 Milliards d'euros...

D'autre part on nous annonce des performances inférieures au solaire actuel qui a déjà un facteur de charge très faible. A titre de comparaison, pour une puissance donnée il faut aujourd'hui installer 4-5 fois plus de solaire pour obtenir sur une année la même chose qu'avec du nucléaire.

Cela signifie que pour produire autant qu'avec un EPR (1650 MW) avec une route de ce genre, il faudrait investir : 49.5 Milliards d'euros.

Cher l'EPR ?
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle