Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Ségolène Royal demande aux industriels de plancher sur une voiture électrique entre 5000 et 8000 euros

Astrid Gouzik ,

Publié le

Vu sur le web La ministre de l'Ecologie et de l'Energie était interrogée, ce vendredi 9 octobre, sur iTélé. Elle a notamment annoncé que le bonus écologique de 10 000 euros accordé lorsque l'automobiliste abandonne un vieux diesel de plus de 15 ans, allait être étendu aux véhicules de plus de 10 ans. 

 

"Le bonus est actuellement de 10 000 euros lorsque l'automobiliste abandonne un vieux diesel de plus de 15 ans, je vous annonce que nous allons accorder ce bonus pour les véhicules de plus de 10 ans. Cela va concerner un nombre plus important d'automobilistes", a déclaré Ségolène Royal, interrogée par Bruce Toussaint sur iTélé.

La ministre a également fait part de son étonnement quant à l'avantage fiscal accordé au diesel. "Pourquoi le diesel qui est plus polluant bénéficie encore d'un avantage fiscal de 15 centimes/litre ? L'idée est de baisser la taxe sur l'essence, et d'augmenter celle sur le diesel", a-t-elle détaillé. Ségolène Royal a évoqué une échéance à cinq ans, expliquant que cela impliquerait 1,5 centime par an, de baisse pour l'essence et de hausse pour le diesel. 

entre 5 000 et 8 000 euros

Mais plus que l'alignement du prix de l'essence sur celui du diesel, la ministre a insisté sur la nécessité d'investir sur le véhicule électrique. "Il faut vraiment que le prix du véhicule électrique baisse. Je vais lancer un appel à projets avec les plans d'investissements d'avenir pour que les industriels français, voire européens, mettent au point une voiture électrique populaire, grand public, dont le prix pourrait s'échelonner entre 5 000 et 8 000 euros"

"Il faut saisir ce problème comme une chance qui va pousser les industriels à construire le véhicule du futur. Ce que j'espère dans 5 ans c'est qu'une voiture sur deux soit électrique. Nos industriels traînent trop fortement sur le véhicule électrique", a-t-elle continué. 

Astrid Gouzik

 

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

13/10/2015 - 14h19 -

Même si son ambition est totalement déraisonnable, je pense qu'elle voulait dire que "un véhicule sur deux qui sortira dans 5ans sera électrique". Il est en effet inconcevable de remplacer la moitié de la flotte actuelle par des véhicules électriques en 5 ans.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/10/2015 - 00h43 -

Qui nous a donné des dirigeants aussi stupides ?
A 10 000 €, chaque million de voitures électriques subventionnées va coûter 10 milliards d'€ à l'Etat...
Et si la moitié des voitures était électrique dans 5 ans, soit 19 millions de voitures, il faudrait au moins 7 tranches nucléaires en plus, ou 5 000 éoliennes, je répète dans 5 ans ! Strictement impossible...
N'est-ce-pas que nous sommes dirigés par des fous ?
Répondre au commentaire
Nom profil

09/10/2015 - 22h35 -

Une voiture électrique coûtant entre 5 et 8000 €, c'est en comptant les 10000 € de subvention que l'acheteur n'aura pas à supporter mais qui seront financés par les contribuables.
Quant à espérer que dans 5 ans une voiture sur deux soit électrique, c'est du délire. Comment une responsable politique digne de ce nom peut-elle avancer des hypothèses aussi peu réalistes ?
Répondre au commentaire
Nom profil

09/10/2015 - 21h44 -

Le vélomobile avec assistance électrique est la solution. Les moins chers sont à 5000 € car la production se fait en petite série. Mais en masse le prix serait divisé par 3.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/10/2015 - 18h26 -

Il serait peut être intéressant de faire le bilan écologique du véhicule électrique. Les batteries, il faut les construire, puis les recycler, et les transporter est juste impossible lorsqu'elles sont endommagées. Et tout le monde sait que l’énergie électrique est l'avenir? Mais au-delà de sa fabrication via le nucléaire ou les centrales à charbon. Elle est tout simplement interdit comme chauffage dans les nouvelles constructions (norme RT2012) et remplacé par le gaz. Pas très cohérente notre ministre
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle