Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Ségolène Royal confirme que la centrale nucléaire de Fessenheim fermera en 2018

Ludovic Dupin , ,

Publié le , mis à jour le 08/09/2015 À 14H10

Ce matin, lors d'un déplacement à Strasbourg, La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a confirmé que la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) ne pourrait pas fermer d'ici la fin du quinquennat de François Hollande, comme il s'y était engagé. En effet le nouveau retard sur l’EPR de Flamanville (Manche) reporte d’autant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin).

Fessenheim - Michel Gunther / afp

Mise à jour le 8 septembre 2015 à 14h10 : La ministre Ségolène Royal, en déplacement à Strasbourg, a confirmé que la centrale nucléaire de Fessenheim ne pourrait pas fermer avant 2018, et la mise en service de l'EPR de Flamanville. 

En 2012, lors de la première conférence environnementale, lancée par le président de la République François Hollande, ce dernier confirmait l’une de ses promesses électorales en s'engageant à ce que la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) soit fermée au plus tard le 31 décembre 2016. Les mois et années passant, cette échéance s’est lentement diluée pour devenir "une fermeture engagée à l’horizon de la fin du quinquennat". Mais c’était sans compter sur l’EPR de Flamanville, dont le retard va forcer la centrale de Fessenheim à jouer les prolongations.

Le réacteur en construction dans la Manche a pris du retard. Jeudi 3 septembre, dans une véritable opération "transparence", le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a annoncé que la mise en service de l’EPR n’interviendrait qu’au quatrième trimestre 2018, au lieu de 2017 comme prévu précédemment. Or, la loi de transition énergétique, adoptée au cœur de l’été, plafonne la puissance nucléaire française à son niveau actuel (63,2 GW). Autrement dit, EDF sera contraint de fermer des réacteurs seulement quand l’EPR produira ses premiers MWh. Donc fin 2018, voire début 2019, quand Flamanville sera raccordée au réseau.

Une annonce à l’été 2017

Interrogé sur les réacteurs qui seront fermés à ce moment-là, le patron d’EDF renvoie aux déclarations de l’exécutif : "Le gouvernement nous a fait savoir que le site qui semble préférable (à fermer) est, selon lui, le site de Fessenheim". Il précise cependant que pour compenser les 1650 MW de l’EPR, il faudra fermer deux réacteurs de 900 MW, soit exactement les installations du site alsacien.

Dans les faits, cependant, le dossier bougera avant. "La loi prévoit que 18 mois avant la mise en service (d’une nouvelle capacité nucléaire), l’exploitant indique les réacteurs qui seront fermés", rappelle Jean-Bernard Lévy. Ainsi, avec une mise en service fin 2018, nous devrions apprendre le nom des réacteurs à fermer au cours de l’été 2017… soit peu de temps après la fin du quinquennat. Dès lors, la promesse présidentielle sera partiellement tenue… A moins qu’une nouvelle majorité ne change la donne. 

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

05/09/2015 - 11h32 -

Quelle erreur d'analyse ! L'autorisation de mise en service doit être PRÉCÉDÉE de l'abrogation d'une puissance équivalente (donc FESSENHEIM) et elle doit être demandée 18 mois AVANT la date de mise en service ET 18 mois AVANT l'expiration du délais de l'arrêté de création de l'EPR qui sera caduc le 11 avril 2018. A moins de devoir repasser par une nouvelle enquête d'utilité publique qui s'imposerait ? En d'autres termes, on peut vivement espérer qu'avant le 11 octobre 2015,l'officialisation de la demande d'abrogation de FESSENHEIM sera faite. Grand soulagement pour les populations qui vivent sous la menace quotidienne de cette centrale à bout de souffle, construite en zone sismique, 8,5m sous les eaux du canal d'Alsace dont elle n'est séparée que par une digue fragile.
Répondre au commentaire
Nom profil

04/09/2015 - 13h11 -

bonjour

Reste plus qu'à prier pour qu'elle nous pète pas das les doigts d'ici là !
Croisons les en attendant !
ho pinaise !
Et Ségo qui distribue des convecteurs électriques !
Scandale intégral !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle