Transports

Ségolène Royal annonce des portiques pour tous les trains

Olivier Cognasse , ,

Publié le

A l’occasion de la présentation des portiques installés sur deux quais de la Gare du Nord pour les Thalys, la ministre de tutelle des Transports a affirmé vouloir généraliser le déploiement des portiques dans toutes les gares aux frais de la SNCF.

Les sept portiques capitaux de la Gare du Nord fonctionneront sur les deux quais dédiés au Thalys dès dimanche 20 décembre. Ils ont été présentés ce matin, jeudi 18 décembre. Ces équipements arrivent tout droit du Bourget (Seine-Saint-Denis), où se déroulait la COP21. De quoi tester l’économie circulaire...

Les voyageurs passent sous les portiques de contrôle qui détectent les métaux et les bagages sont scannés au rayon X. Pour les voyageurs, impossible d’arriver cinq minutes avant le départ, il faudra prévoir 20 à 30 minutes de plus. Et pour les usagers qui manqueraient leurs trains à cause des contrôles, la ministre a tout prévu : ils pourraient monter dans le train suivant sans devoir s’acquitter d’une somme supplémentaire.

Les équipements loués et le personnel dédié à ces quais, auquel il faut ajouter un quai en gare de Lille, coûteront 5,5 millions d’euros par an à la SNCF. Les portiques sont loués à la société HTDS et c’est la société Lancry, spécialisée en surveillance qui va fournir une centaine de personnes pour les quais parisiens. 

Si les gares françaises sont équipées, il reste à convaincre l'Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, surpris de ne pas avoir été consultés et qui ne semblent pas pressés de suivre leurs homologues français. Les allemands semblent les plus réticents pour un tel dispositif.

"La sécurité a peut-être un coût, mais elle n’a pas de prix"

Ségolène Royal a assuré vouloir "installer des portiques pour tous types de trains si cela marche. Pour les trains de banlieue on peut doubler les dispositifs" avec les appareils pour contrôler les billets. Elle a évoqué les TGV, les TER, les Trains d’équilibre du territoire (TER) et pourquoi pas les RER. Tant pis pour les voyageurs qui empruntent le train tous les jours. Mais depuis les attentats de Paris, la surenchère est de mise.

Et c’est oublier qu’il existe 3000 gares et bien davantage de quais. Sur la question du financement, la ministre a assuré que la SNCF devra régler l’addition, malgré les finances exsangues de la SNCF. A elle de trouver l'argent nécessaire. Peut-être du côté de la fraude ? "La sécurité a peut-être un coût, mais elle n’a pas de prix", a-t-elle déclaré.

De quoi faire hérisser les cheveux de la direction de la SNCF, qui n’a pas eu son mot à dire dans le déploiement des premiers portiques. Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, "souriant et détendu", selon ses mots, s’est éclipsé avant la fin pour recevoir une délégation indienne.

Olivier Cognasse

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte