SÉCURITÉLE MARCHÉ DU CONTRÔLE D'ACCÈS EN PLEINE CROISSANCEMalgré la crise de l'immobilier, le marché des équipements de contrôle d'accès a le vent en poupe. Les PME parviennent quand même à se faire une place au soleil.

Partager

SÉCURITÉ

LE MARCHÉ DU CONTRÔLE D'ACCÈS EN PLEINE CROISSANCE

Malgré la crise de l'immobilier, le marché des équipements de contrôle d'accès a le vent en poupe. Les PME parviennent quand même à se faire une place au soleil.



Le siège de Thomson SA, boulevard Haussmann, est bien gardé. Sas, badges et caméras à la clé, son dispositif de sécurité ne laisse pas entrer qui veut. Le système, nommé Iguane, est une création de Thomson Surveillance Vidéo. Filiale de Thomson CSF, TSV est une des nombreuses entreprises en France à se consacrer au contrôle d'accès. Secteur relativement épargné par la crise, le contrôle d'accès a continué de croître d'environ 7% en 1994. Selon une enquête du mensuel "Alarme, Protection, Sécurité", il est estimé, sur l'ensemble de ses segments, à près de 2milliards de francs. A l'heure où certains secteurs du marché de la sécurité subissent le contrecoup de la crise, le contrôle d'accès est très disputé. Une dizaine d'entreprises, dont Cerberus Guinard, Matra Sécurité, Fichet-Bauche, Ecco Sécurité et Zettler, se partagent 60% du créneau des lecteurs et des badges. La part du chiffre d'affaires de Zettler consacrée au contrôle d'accès, notamment, augmente d'environ 15% par an; elle se monte aujourd'hui à près de 40millions.

Concurrence à outrance et guerre des prix

Des dizaines de PME ont pris pied sur ce marché très disputé. "Le marché est très atomisé avec beaucoup de petites entreprises dont la durée de vie est très limitée, ce qui nuit à l'image et à la crédibilité du secteur", explique Jacques Maillot, P-DG de Telem. "Les PME manquent parfois de capacité ou de moyens pour assurer le suivi des produits sur ce marché où le sur-mesure est une règle d'or", renchérit Jean-Dominique Séval, de BIPE Conseil. De la gestion d'accès à la gestion horaire, lesbesoins des clients diffèrent et le matériel varie. "C'est un marché où il n'y a pas de normalisation. Beaucoup de petites entreprises en profitent et s'y engouffrent", ajoute François Deslignières, directeur commercial de TSV pour la France. Entre autres éléments, une concurrence à outrance a provoqué une guerre des prix sanguinaire sur les petits dispositifs: certains coûtent aujourd'hui jusqu'à 50% moins cher qu'en 1990, note Jean-Dominique Séval, auteur d'une étude sur le marché européen de l'automatisation du bâtiment. Plusieurs PME, comme Horoquartz, Hanuman ou Esterel, spécialisées dans la gestion administrative centralisée, ont d'ailleurs déposé leur bilan en 1993, explique-t-il. La société Esterel, notamment, a été reprise par l'installateur en téléphonie Seremu. Bon nombre d'entreprises gardent leur avance en investissant dans la recherche et le développement, selon une étude sur le marché de la sécurité en France, menée par le groupe Dafsa. Le dernier-né chez Telem notamment: Léonardo, un sas anti-agression, autogéré, avec détecteur de métaux et vitres pare-balles. D'après Pascal Perrière, chef de produits chez Clématic, ex-branche d'Unidel exclusivement vouée au contrôle d'accès, "il ne faut jamais baisser les armes". Les entreprises doivent en effet intégrer les technologies nouvelles pour garder leur place sur le marché. Le contrôle d'accès a de belles années devant lui. Les prévisions de croissance oscillent entre 5 et 6% pour 1996. En France, commerces à risque, magasins à grande distribution, écoles et résidences sont encore sous-équipés, note l'étude Dafsa. Mais la nature du marché va changer, car le contrôle d'accès sera de plus en plus intégré aux autres fonctions du bâtiment. Déjà, Fichet-Bauche, Cerberus Guinard ou Ecco Sécurité proposent des systèmes intégrés. Leurs concurrents étrangers, comme Honeywell ou Johnson Control, sont également très attentifs aux mutations du marché. Laurance N'Kaoua





USINE NOUVELLE N°2494

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS