Securitas va examiner une offre de reprise de Neo Securité

Le cabinet du ministre de l’Industrie, Eric Besson, a annoncé ce 26 avril s’être entretenu avec "les présidents de plusieurs entreprises intéressées par la reprise".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Securitas va examiner une offre de reprise de Neo Securité

Le leader des services de sécurité en Europe s’est engagé à examiner dès les prochains jours une offre de reprise de l’entreprise de sécurité qui emploie actuellement 5 000 personnes et qui s’est déclarée en cessation de paiement en début de semaine.

"Des entreprises d'autres secteurs d'activité, ainsi que des fonds d'investissement, ont également présenté des marques d'intérêt", a souligné le cabinet du ministre dans un communiqué. La procédure de reprise reste malgré tout ouverte à tout candidat intéressé.

Selon le cabinet, les emplois des 5 000 salariés ne sont pas menacés. "Un accord, en date du 5 mars 2002, existe au sein de la convention collective des entreprises de prévention et sécurité qui impose la reprise, au minimum, de 85% du personnel affecté aux marchés prestés", a-t-il expliqué, en soulignant que "le pourcentage de reprise est le plus souvent de 100%".

Selon lui, "96% des emplois de Neo Sécurité sont des emplois d'agent de sécurité, qui seront repris par le nouveau titulaire des contrats de gardiennage, quel qu'il soit".

Un audit a aussi été commandé par le cabinet d’Eric Besson sur la gestion des dirigeants de Neo Securité. Un préalable à la délivrance d’une éventuelle aide nouvelle de la part de l’Etat. L’audit doit être rendu sous 8 jours.

La direction de l’entreprise réclame un prêt relais de 15 millions d’euros pour éviter la casse sociale.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS