Securitas France dément "embaucher à tour de bras"

Le leader mondial de la sécurité privée, le groupe suédois Securitas, dément les informations parues le 19 novembre dans la presse affirmant qu’il recrute du personnel "à tour de bras" pour faire face à l’explosion de la demande de renforts suite aux attentats de Paris. Des recrutements en urgence présenteraient trop de risque d'infiltration par des terroristes.

Partager

Coordinateur de site Securitas à Carrefour Ivry le 29/07/2011© William Beaucardet/Andia

Le groupe de sécurité privée Securitas réaffirme son engagement fort à se protéger des risques d'infiltration en ne faisant appel, pour les importants renforts exigés par la situation post-attentats à Paris, qu'à des personnels déjà connus.

"Comme toutes les entreprises de sécurité privée en France, Securitas fait face depuis vendredi 13 novembre à une situation exceptionnelle. Dès vendredi 22h30, Securitas France a activé sa cellule de crise pour la 3e fois depuis le début de l'année (7 janvier, attentat de St Quentin Fallavier, explosion à Lyondellbasel) pour coordonner tous ses moyens opérationnels afin de répondre au mieux aux urgences de la situation.", explique le groupe suédois de sécurité privée Securitas le 19 novembre.

Pour autant, le groupe affirme qu’il a fourni 800 agents en renfort à ses clients en faisant appel uniquement à des effectifs connus. "Cela signifie que tout recrutement dans l’urgence est strictement interdit".

Cette information sur le recrutement massif d'agents s’était répandue dans la presse française suite à une dépêche de l’Agence France Presse citant le quotidien suédois Dagens Industri, qui s’était entretenu avec le directeur général de Securitas en Suède, Alf Göransson. Ce dernier avait déclaré aux journalistes suédois "En France nous sommes environ 20 000 salariés, donc 800 gardiens en quelques jours, ce sont des renforts vraiment importants."

Risque d'infiltration par Daech

Dans un entretien accordé à "L’Usine Nouvelle", Olivier Duran, porte-parole du Syndicat national des entreprises de sécurité (SNES), affirmait dès le 18 novembre que "le recrutement massif d’agents de sécurité" n’était "pas une réponse à l’urgence", à la fois pour des raisons de temps de formation et de risque d'infiltration.

Tout comme nos interlocuteurs, le président de Securitas France Michel Mathieu tient à rappeler : "C'est une limite importante mais que je juge obligatoire et indispensable. Nous savons, et nous ne pouvons donc pas ignorer, que la sécurité privée est ciblée par les organisations terroristes pour être infiltrée".

Myrtille Delamarche

0 Commentaire

Securitas France dément "embaucher à tour de bras"

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS