Seb dit pouvoir réaliser de nouvelles acquisitions

Publié le

PARIS (Reuters) - Le groupe Seb a les moyens de réaliser de nouvelles acquisitions, a déclaré Thierry de la Tour d'Artaise, le président-directeur général du n°1 européen du petit électroménager.

Seb dit pouvoir réaliser de nouvelles acquisitions

"Notre situation financière nous permet d'envisager des acquisitions que nous financerons par dette. Nous avons des cibles et nous attendons que les vendeurs soient prêts. Il faut être patient", a-t-il déclaré lors d'une réunion d'information consacrée aux résultats annuels de Seb.

Ceux-ci se sont révélés inférieurs aux attentes des analystes, ce qui explique la vive baisse de l'action Seb mardi. Vers 14h00, elle cédait 3,40% à 130,39 euros.

"Compte tenu de la forte performance récente du titre, la baisse d'aujourd'hui n'est pas surprenante car les résultats sont inférieurs aux attentes", commente un analyste.

Prié de dire quel montant Seb pourrait mettre au service d'une acquisition, Thierry de La Tour d'Artaise a répondu : "Jusqu'à 600 millions d'euros voire plus d'acquisition par la dette, ce ne serait pas un problème pour nos équilibres financiers".

L'an dernier Seb a pris une participation majoritaire dans la société chinoise Supor pour près de 240 millions d'euros. Cette opération reste soumise à l'approbation des autorités chinoises et Seb prévoit de la finaliser d'ici à la fin du deuxième trimestre 2007.

Outre cette signature en Chine, le repreneur de Moulinex a acquis en août dernier une partie des actifs du groupe américain Mirro WearEver pour 36 millions d'euros.

Après financement de ce rachat et le dépôt effectué en vue de réaliser son emplette en Chine, la dette nette de Seb s'inscrivait à 422 millions au 31 décembre 2006 et son ratio d'endettement s'inscrit à 52%, comme en 2005.

CROISSANCE ORGANIQUE 2007 VUE A 3%

La poursuite de l'essor du groupe à l'international et le redressement de sa situation en Europe lui a permis d'afficher en 2006 une augmentation de ses ventes de 7,7%, incluant une croissance organique de 5,4%.

"Cela fait 10 ans que l'on avait pas vu çà", a commenté Jean-Pierre Lac, directeur général adjoint de Seb en charge des finances.

Interrogé sur les prévisions de croissance organique pour l'exercice en cours, il a déclaré : "Un chiffre de 3% nous paraît bien". Jean-Pierre Lac a aussi pronostiqué une amélioration du taux de marge opérationnelle "dans les années qui viennent et pourquoi pas en 2007".

L'exercice 2006 a également été marqué par d'importantes restructurations en France.

Les charges de restructuration principalement liées à la fermeture de trois usines en France et la suppression de 890 emplois sur deux ans se sont chiffrées à 72 millions d'euros sur l'exercice passé.

Dans ce contexte, le bénéfice net de Seb a baissé de 13,7% en 2006 à 88 millions d'euros (100,7 millions attendus selon le consensus Reuters Estimates) tandis que son résultat d'exploitation a diminué de 15,8% à 154 millions (176,5 millions prévus).

En revanche, sa marge opérationnelle s'est stabilisée à 262 millions (268 millions prévus) dans un contexte de baisse des prix durant une grande partie de l'année, de hausse des matières premières et de grande fluctuation des devises.

Pour 2007, Jean-Pierre Lac a estimé que la hausse des cours de l'aluminium et du nickel devrait encore peser sur les prix d'achat du groupe.

Seb, qui commercialise les marques Tefal, Calor et Rowenta, propose de verser un dividende net de 2,55 euros au titre de 2006, en augmentation de 6,3%.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte