Quotidien des Usines

Seb contribue au décollage d’Ethera

, , , ,

Publié le

La société grenobloise a investi 2 millions dans son usine de matériaux nanoporeux pour les purificateurs d’air vendus par Seb.

Seb contribue au décollage d’Ethera
Kit de diagnostic de l'air intérieur Profil’air®
© Ethera

La start-up grenobloise Ethera a inauguré le 23 janvier son unité de production de matériaux nanoporeux utilisés dans des purificateurs d’air à Crolles (Isère). Celle-ci fabrique des granulés insérés dans des filtres utilisés par le groupe Seb pour ses purificateurs d’air. Sa capacité annuelle de production est de 12 tonnes. Selon Frédéric Hammel, directeur général d’Ethera, ce niveau pourrait être atteint dans "trois à quatre ans".

La nouvelle unité de production représente un investissement de 2 millions d’euros financé sur les fonds propres de la société et par emprunt. Cette usine automatisée emploie pour l’instant trois personnes. Plus d’une dizaine pourraient être employées quand elle tournera à plein régime. "D’ici trois à quatre ans, trois ou quatre produits seront fabriqués à Crolles", poursuit Frédéric Hammel.
L’objectif d’Ethera est d’atteindre un chiffre d’affaires de 20 millions en 2020, majoritairement à l’export, essentiellement en Chine et en Asie. Aujourd’hui, la société grenobloise emploie 23 personnes pour un chiffre d’affaires de 500 000 euros en 2014.

Technologie issue du CEA

Créé en 2010, Ethera a développé une technologie issue du CEA. Elle s’est spécialisée dans le diagnostic de la pollution chimique dans l’air intérieur, en particulier du formaldéhyde et du dioxyde de carbone, dans le monitoring, la mesure de la pollution de l’air intérieur, et dans sa purification en partenariat avec Seb. Le groupe lyonnais a signé un contrat avec Ethera début 2013 et est entré au capital de la société grenobloise par l’intermédiaire de son fonds d’investissement, Seb Alliance, qui a participé pour un gros tiers à un tour de table de 3 millions d’euros, avec CEA Investissement et Enertec.

A la recherche de nouveaux marchés

Outre les purificateurs d’air de Seb qui dépendent de sa division Home confort, destinés à des logements, Ethera souhaite que ces nanomatériaux soient adoptés pour de grosses installations de traitement de l’air pour des immeubles de bureaux notamment. La société grenobloise possède un laboratoire commun avec le laboratoire Francis Perrin du CEA à Saclay (Essonne) qui développe de nouveaux produits, comme ceux qui détectent et dépolluent des odeurs émanant d’égout ou de station d’épuration.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte