SCOOTERSPeugeot affine son marketingAlors que les ventes de 80 et de 125cc sont en chute de plus de 15% par rapport à 1992, celles des 50cc, destinés aux 14-18 ans, ont progressé de plus de 8%.

Publié le

SCOOTERS

Peugeot affine son marketing

Alors que les ventes de 80 et de 125cc sont en chute de plus de 15% par rapport à 1992, celles des 50cc, destinés aux 14-18 ans, ont progressé de plus de 8%.



L'italien Piaggio, couché sur son Typhoon, mène la course. En pleine accélération, MBK, sur son Booster, vient de passer Peugeot MTC, peinant sur son SV. Mais le constructeur français n'a pas dit son dernier mot. Il espère bien remonter ses concurrents grâce à ses nouveaux produits: le Zénith et le Buxy... Avec l'arrivée des beaux jours (les mois de mai, juin, juillet et septembre représentent 75% des ventes de l'année), les scooters des trois principaux constructeurs européens prennent leur essor pour s'affronter sur le marché fort convoité des 50cc.

Gagner les faveurs des adolescents

Car c'est dans cette catégorie que la lutte est la plus acharnée. En effet, alors que les ventes des engins de 80 et 125cc sont en chute de plus de 15% par rapport à l'année 1992, celles des "non-immatriculés" ont progressé de plus de 8%! "Nous devions nous repositionner sur ce segment particulièrement prisé par les jeunes âgés de 14 à 18ans, explique Jacques Compagne, directeur marketing, de Peugeot MTC. Notre gamme SV datait de 1990 et ne correspondait plus à leurs exigences." Pour gagner les faveurs de cette clientèle (elle représente 70% du marché actuel des scooters), le spécialiste français du deux-roues a dû se plier à leur exigences en matière de design. Ses nouveaux produits bénéficient d'un volume monocorps avec le garde-boue avant intégré et de grosses roues. Un "look" lancé avec succès par MBK et son Booster. Mais si cette clientèle d'"ados" affiche des goûts bien prononcés, elle ne dispose pas toujours de finances suffisantes. Pour permettre aux parents de satisfaire les caprices de leurs enfants, mais également pour contrer l'insolente progression du constructeur italien, dopé par la chute de la lire, Peugeot a dû rogner ses prix le plus possible. Pour diminuer les coûts d'assemblage, le nombre des composants de carrosserie est passé de quinze à huit. De même, les surfaces peintes ont diminué de 25%. "Nous les avons remplacées par des pièces teintes dans la masse qui renforcent encore le côté baroudeur de nos produits", avoue Jacques Compagne. Cette nouvelle gamme de scooters a nécessité un investissement de 35millions de francs en moyens de production, pour une capacité de 500véhicules par jour. Le but: détenir à terme 20% du marché européen.







USINE NOUVELLE - N°2459 -

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte