L'Usine Santé

Pharmacie : GSK cherche sa voie

, , , ,

Publié le

Le scandale Enron ne fait seulement des dégâts dans les sociétés d'audit comme Andersen. La faillite du courtier en énergie remet en cause l'ouverture du marché américain de l'énergie, affirment Les Echos. En effet, les 150 négociants qui opèrent sur ce marché (notamment en Californie) sont soupçonnés d'avoir manipulé les prix et gonflé les volumes. L'autorité de tutelle, la Ferc (Federal Energy Regulatory Commision), a lancé une enquête. Elle a rendu public des documents interne d'Enron montrant comment le courtier a profité de la crise de l'électricité en Californie.

Schneider mise sur les services pour atteindre les objectifs de son plan pour 2004 : un chiffre d'affaires de 12 milliards d'euros (contre 9,83 milliards en 2001), dont un milliard d'euros venant d'acquisitions. Le résultat d'exploitation du groupe devrait, lui, monter de 11,4% à 14% du chiffre d'affaires, précise La Tribune. Pour stimuler sa croissance, Schneider va favoriser une approche par marché, et compte surtout sur une croissance de 15% par an de ses activités dans les services.

Pharmacie : la justice américaine a donné raison aux fabricants de génériques contre GlaxoSmithKline. Le tribunal a invalidé des brevets qui protégeaient l'antibiotique vedette de GSK jusqu'à la fin de l'année. Le médicament pourra donc être concurrencé par des copies peu chères, ce qui risque de peser lourdement sur la croissance de GSK, estiment Les Echos.

GSK, pour sortir de ses difficultés actuelles, pourrait être tenté par une acquisition qui lui permettrait de regarnir son portefeuille de médicaments. C'est le patron du laboratoire lui-même qui le laisse entendre. Une cible potentielle serait Bristol Myers Squibb, indique le Wall Street Journal Europe. Mais ce n'est pas l'avis de l'ex-patron de GSK, Sir Richard Sykes, qui affirme dans le Financial Times que l'entreprise ferait mieux d'améliorer la productivité de sa R&D.

General Motors est confronté à un embrouillamini inextricable de marques, estime La Tribune. GM détient des participations dans Opel, Saab, Isuzu, Daewoo, Suzuki, Subaru et Fiat Auto. Du coup, GM s'égare dans des problèmes de gestion des ressources humaines, de définitions de produits, de complémentarité de gammes, de gestion de projets, de mises en commun de composants... sans parvenir vraiment à créer des synergies entre ses marques. Opel perd de l'argent, comme Saab, et le japonais Isuzu est tombé dans le rouge, rappelle le quotidien.

Dell pourrait faire son entrée sur le marché des imprimantes d'ici à quelques mois, affirment Les Echos, qui citent un analyste américain très écouté (il avait annoncé avant tout le monde la fusion entre Hewlett-Packard et Compaq). Les imprimantes (et surtout les consommables qui vont avec) sont un marché très lucratif, dominé par... Hewlett-Packard, justement, qui vient de ravir à Dell la première place sur le marché des PC en fusionnant avec Compaq. Par ailleurs, Dell a indiqué récemment qu'il comptait doubler de taille en trois à cinq ans, ce qui serait impossible sur le seul marché des PC, qui tourne au ralenti. Dell pourrait s'offrir une place dans les imprimantes en rachetant un concurrant de HP, ou un sous-traitant.

Microsoft fait preuve de bonne volonté : le n°1 du logiciel, toujours mis en cause dans des procédures antitrust, annonce une nouvelle version de son système d'exploitation Windows XP qui permet de désactiver les logiciels Internet de l'éditeur, expliquent Les Echos. Un début d'ouverture, qui théoriquement n'impose plus aux utilisateurs de Windows XP les logiciels web de Microsoft.

Sachez enfin que le nucléaire est relancé... en Finlande. Le gouvernement finlandais a décidé la construction d'une cinquième tranche nucléaire. C'est le seul projet concret identifié à ce jour en Europe. Tous les grands noms du nucléaire se prépare à une farouche bataille pour emporter le marché, alors que l'Allemagne et la Belgique ont décidé de démanteler leur parc nucléaire. C'est dans La Tribune.

A demain !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte