Schneider face au choix Legrand

,

Publié le

C'est une énorme surprise et une décision sans précédents par son ampleur ses conséquences. La Cour de Justice européenne de Luxembourg en annulant, mardi, le veto des services de la concurrence européenne (DGIV) à la fusion Schneider Legrand rebat les cartes de ce dossier, abonné au rebondissement.

Le jugement est sévère pour les services de Mario Monti, le Commissaire à la concurrence. « L'analyse économique réalisée par la Commission est affectée d'erreurs et d'omissions qui la privent de valeur probante, sauf en ce qui concerne les marchés sectoriels français », indique le tribunal qui dans sa décision retient aussi contre la DGIV «une violation sérieuse des droits de la défense ». Une décision qu'Henri Lachman, patron de Schneider a accueilli avec une grosse satisfaction.

Elle place Schneider devant un choix cornélien. Le groupe toujours propriétaire à 98% de Legrand a décidé, en juin, de céder le numéro un français de la basse tension au consortium à 50-50 entre l'américain KKR et Wendell pour 3,5 milliards d'euros. Il doit dans les semaines qui viennent choisir entre cette vente ou la relance du dossier d'intégration du groupe limougeaud.

Pierre-Olivier Rouaud

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte