L'Usine Aéro

[Sauver l'industrie] Yannick Assouad, directrice générale adjointe avionique chez Thales: "Un plan européen ambitieux pour l'aviation verte"

, , , ,

Publié le

Tribune L’Usine Nouvelle lance "l’appel des 30 pour sauver l’industrie". Pendant 30 jours, une personnalité propose une mesure. Aujourd’hui, Yannick Assouad, directrice générale adjointe avionique au sein de Thales plaide pour l'intégration du développement d"un avion vert dans le plan de relance européen. Ce qui bénéficierait notamment à l'important écosystème industriel dédié à l'avionique en France, tiré par le groupe d'électronique et de défense.

[Sauver l'industrie] Yannick Assouad (Thales) : Osons un plan européen ambitieux pour l'aviation verte
Yannick Assouad, directrice générale adjointe avionique chez Thales.
© Guittet Pascal

Sommaire du dossier

[Découvrez ici "L'appel des 30" initié par la rédaction de L'Usine Nouvelle]

"Le secteur aéronautique mondial traverse une crise d’une magnitude sans précèdent, depuis son avènement au début du 20ème siècle. Avec un trafic aérien en berne, c’est l’ensemble des acteurs du secteur, y compris les équipementiers, qui sont durement impactés. Et même s’il est encore difficile de prévoir avec précision la durée de cette crise, selon les experts du secteur elle sera longue (2024-2025) et on peut d’ores et déjà penser que demain sera différent.

Je suis intimement convaincue que le futur de l’aviation se dessinera en vert : de la maturation des technologies sur l’aviation générale à l’aviation de transport, tout en réalisant en parallèle une aviation commerciale à empreinte carbone réduite. Le plan de soutien à l’aéronautique du Gouvernement français est en ce sens un véritable acte fondateur pour l’ensemble de la filière. En redoublant d’audace, nous pouvons accompagner les avionneurs et les autorités de l’aviation civile afin de réduire plus encore notre empreinte écologique, rendre les aéronefs plus intelligents, plus connectés, plus électriques.

Il faudrait pour cela intégrer le développement de l’avion vert dans le plan de relance européen: c'est essentiel pour se rapprocher d’une aviation à zéro émission.

L’industrie aéronautique dispose en effet de leviers d’actions pertinents que le plan de soutien français va permettre d’accélérer. Au-delà des innovations incrémentales, qui permettent à chaque nouvelle génération d‘avions de consommer jusqu’à 25 % de moins que la génération précédente, nous avons à notre portée la possibilité d’agir immédiatement sur une réduction additionnelle de 10% d’émissions en optimisant les opérations aériennes.

En particulier, la nouvelle génération de Flight Management System (le cerveau de l’avion), plus intelligent et connecté au contrôle du trafic aérien, permettra d’optimiser les trajectoires de l’avion en temps réel, réduisant significativement sa consommation. Associés à de nouvelles générations d’équipements avioniques embarqués plus légers et à une plus grande électrification de l’avion, les performances environnementales des avions d’après crise seront assurément améliorées.

À l’horizon 2035, c’est un autre cap que l’aéronautique ambitionne de franchir en livrant cet avion du futur à hydrogène dont le maître-mot sera la neutralité en matière d’empreinte carbone. Conscient de la nécessité de réinventer un futur plus durable, c’est l’ensemble des savoir-faire de la filière mobilisée sur ce nouveau challenge qui nécessite des ruptures technologiques majeures.

Le plan de relance aéronautique du gouvernement français constitue une première impulsion sur le court terme à hauteur de 1,5 milliard d’euros, que l’Europe doit prolonger avec un plan supérieur à 10 milliards pour aboutir à une solution la plus proche possible du zéro émission. Pour cela, il  est essentiel d’intégrer le développement de l’avion vert directement dans le plan de « relance verte » européen.

L’avenir du monde et du transport aérien sera vert, et les hautes technologies peuvent nous aider à relever le défi écologique tout en permettant de garder notre monde vert et ouvert.

Yannick Assouad est directrice générale adjointe avionique chez Thales

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

25/09/2020 - 08h15 -

Cet avenir c'est dès aujourd'hui qu'il se prépare. Mais alors, pourquoi propose-t-elle d'amputer son activité avionique de près de 25% de ses forces vives (suppression de 1000 postes présentée au CSEC) ? Pourquoi "gérer ces projets [du plan de relance] éventuels en opportunité" ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte