Electronique

[Sauver l'industrie] Vincent Bedouin, PDG de Lacroix Group: "Soutenons la relocalisation de la production électronique par des commandes"

, ,

Publié le

Tribune L’Usine Nouvelle lance "l’appel des 30 pour sauver l’industrie". Pendant 30 jours, une personnalité propose une mesure. Aujourd'hui, Vincent Bedouin, PDG de Lacroix Group et vice-président du Comité stratégique de la filière électronique invite à soutenir la relocalisation de la production par des engagements de commande aussi bien publique que de grands donneurs d'ordre français.  

[Sauver l'industrie] Vincent Bedouin, PDG de Lacroix Group: Soutenons la relocalisation de la production électronique par des commandes
Vincent Bedouin est président du directoire de Lacroix
© We Network

Sommaire du dossier

[Découvrez ici "L'appel des 30" initié par la rédaction de L'Usine Nouvelle]

"Sauver l’industrie française, c’est possible, c’est même notre challenge. Comme nombre de mes confrères dirigeants d’ETI mais aussi de grands groupes ou de PMI, j’y crois. Les conditions, nous les connaissons : performance, qualité, innovation, anticipation et implication des compétences et j’en ajoute une, indispensable :  l’électronique.

Sans électronique pas de digitalisation, sans digitalisation pas d’industrie performante ; nous aurions alors « manqué » le virage de cette révolution industrielle.

une expertise

Alors entrons dans le challenge de l’électronique. Maîtrise-t-on les sources d’approvisionnements, les coûts ?

Pas assez mais il existe en France une filière importante, dynamique, innovante et reconnue mondialement pour son leadership dans certains domaines. Cette filière investit dans l’avenir, à l’instar de ce que nous faisons avec la création de notre nouvelle usine dans le Maine-et-Loire, destinée à concevoir et produire les cartes et produits électroniques de nos clients industriels avec les technologies du futur et un objectif bas carbone.

Oui, les besoins des industriels en électronique sont en partie fournis par la filière française, oui, elle reste performante et nous l’avons entretenue malgré les coups de boutoir des concurrents asiatiques. Oui, nous avons une expertise, des compétences, des équipes formidables qui imaginent le futur. Oui, nous avons les écoles et centres de formation pour préparer les experts de demain.

Un rebond en cours

La filière électronique connaît un rebond après une période difficile, notamment due à la croyance en France que l’on peut faire de la R&D durablement et garder un leadership français, tout en laissant partir les sites industriels dans des pays à faible coût de main d’œuvre, plutôt que d’investir localement dans une R&D et une industrie de pointe.

Dans cette filière technologique qui reste puissante sur les composants stratégiques comme les microprocesseurs, il y a aussi la sous-traitance électronique française qui reste la 1ère en Europe, devant l’Allemagne avec plusieurs leaders dans le Top 20 Européen ; et des PME qui maillent le territoire agissant comme un diffuseur de technologies électroniques dans tous les secteurs.

Mais le secteur demeure très dépendant d’un approvisionnement étranger. La France exporte pour 22 milliards d'euros chaque année. Tandis qu'elle importe pour 26 milliards d'euros de produits, équipements et composants à 67 % depuis des pays extra-européens (dont 7,2 milliards d'euros de Chine). Or l’assemblage électronique est essentiel pour approvisionner des secteurs stratégiques : le médical, la défense et l’aéronautique, l’industrie, les transports ou les équipements des réseaux énergétiques.

Mobiliser les achats

Il est urgent de soutenir la filière, maillon clé de la souveraineté économique de la France.

Avec le CSF électronique et le Conseil National des Achats, nous avons besoin du support du gouvernement pour identifier les produits propices à une relocalisation de la production et lancer des études de faisabilité, pouvant déboucher sur des engagements de principe de la commande publique directe et indirecte, comme les grands donneurs d’ordre français que l’on souhaite associer.

Je le demande pour nous, professionnels de l’électronique, comme pour les industriels qui font hardiment ce virage de la digitalisation. J’en appelle à vous, notre environnement professionnel : banques, consultants, administrations et fédérations professionnelles. Faites appel, faites confiance à cette électronique de proximité, qui crée des emplois, donne de la valeur ajoutée de proximité et vous assure une prestation unique et reconnue.

Aujourd’hui l’électronique mobilise 400 000 emplois. Demain, elle peut et doit aller plus loin, pour les Français, pour les industriels français, pour répondre à nos grands enjeux environnementaux et sociaux."

Vincent Bedouin est PDG de Lacroix Group et vice-président du Comité stratégique de la filière électronique

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte