L'Usine Aéro

[Sauver l’industrie] Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus : "Il est temps de rouvrir les frontières"

, , , ,

Publié le

Tribune L’Usine Nouvelle lance "l’appel des 30 pour sauver l’industrie". Pendant 30 jours, une personnalité propose une mesure. Aujourd’hui, Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus, demande une plus large réouverture des frontières afin de relancer le transport aérien durement touché par la crise liée au Covid-19.

[Sauver l’industrie] Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus : Il est temps de rouvrir les frontières
Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus.

Sommaire du dossier

[Découvrez ici "L'appel des 30" initié par la rédaction de L'Usine Nouvelle]

"La pandémie de COVID-19 nous place face à la crise la plus grave que notre secteur ait jamais connue. Non seulement le trafic aérien a chuté de plus de 90% mais avec la fermeture des frontières, une grande partie de l'économie basée sur les échanges internationaux s'est effondrée. Un rapport récent de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) indique que plus de 100 millions d'emplois ont déjà été détruits au niveau mondial dans les secteurs des voyages et du tourisme, et que ce chiffre pourrait monter à près de 200 millions d'ici la fin de l'année si rien ne change.

Le transport aérien est l'un des grands vecteurs du commerce mondial. Près de 35% de la valeur totale du commerce international et de 60% des touristes internationaux voyagent par avion. Il contribue directement à 4% du PIB mondial mais certaines études montrent que près de 8% de l'économie mondiale dépendent de lui.

Le transport aérien n'est pas seulement nécessaire à l'économie. Il fait tomber les frontières, permet d'assurer un lien vital avec les communautés isolées et rapproche les pays, tant au niveau des individus que celui des États. Il n'y a pas de paix durable sans un vrai lien entre les peuples. Seule l’aviation permet ce lien humain.

Je ne peux croire que le monde ouvert aux autres que nous avons créé avec l'aviation moderne puisse s'arrêter.

Pour que l'économie mondiale reparte, pour que les destructions d'emplois s'arrêtent, et pour que le monde ne s'enfonce pas dans le repli sur soi, l'isolement et la peur des autres, il est temps de rouvrir les frontières et de redémarrer le transport aérien international.

La protection des populations contre le COVID doit bien sûr rester une priorité. Mais la sécurité des personnes fait partie de l'ADN de l'aviation. Le traitement d'air de nos cabines utilise les mêmes technologies que les salles d'opération de nos hôpitaux. Avec les autorités de l'aviation civile internationale ainsi que des autorités de santés comme l'ECDC et l'organisation mondiale de la santé, nous avons mis au point les mesures nécessaires pour un redémarrage du transport aérien qui limite au maximum les risques de contagion.

Nous sommes aussi conscients que cette reprise ne peut se faire sans s'engager dans la transition écologique et que le monde entier observe nos industries et les exhorte à réduire considérablement leurs émissions de CO2.

Chez Airbus, nous sommes déterminés à jouer un rôle de premier plan pour assurer la transition vers une aviation durable. La neutralité carbone de l'aviation est non seulement possible, mais atteignable pour notre génération, au service de celles à venir. Airbus a l'ambition de développer le premier avion commercial décarboné au monde d'ici à 2035. C'est l'un des objectifs essentiels du plan de relance auquel nous avons souscrit avec le gouvernement et l'ensemble des industriels français du secteur.

Tout est donc réuni pour un redémarrage sûr du transport aérien qui concourt à la reprise rapide de l'économie mondiale, tout en respectant les impératifs de santé liés au COVID-19, et qui s'inscrive dans les objectifs de la lutte contre le réchauffement climatique.

J'appelle donc tous les acteurs français et européens à se mobiliser pour que le monde rouvre ses frontières, que le transport aérien puisse reprendre, que l'économie redémarre et que nous gardions un monde ouvert aux échanges et à la découverte des autres, tout en respectant l'environnement. C’est possible. C’est nécessaire."

Guillaume Faury est président exécutif d'Airbus

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte