Sartorius Stedim grimpe, solide croissance en 2018

PARIS (Reuters) - Sartorius Stedim Biotech a pris la tête du SBF 120 mardi matin à la Bourse de Paris, porté par la croissance à deux chiffres de son chiffre d'affaires et de son résultat en 2018 et l'annonce de solides prises de commandes de bon augure pour cette année.
Partager

Après près d'une heure de cotation, le titre du fournisseur de l'industrie biopharmaceutique s'adjuge 12,27% à 99,7 euros, de loin la plus forte progression du SBF 120 (-0,32%).

La valeur, qui est aussi en tête de l'indice paneuropéen Stoxx 600 (+0,41%), signe sa plus forte hausse en séance depuis près de dix ans.

Pour 2018, le chiffre d'affaires de Sartorius Stedim Biotech ressort en progression de 12,1%, et de 13,7% à changes constants, à 1,21 milliard d'euros, dans le haut de la fourchette des prévisions que la société avait revues à la hausse en juillet. Toutes les régions ont contribué à la croissance.

L'Ebitda courant a connu une augmentation supérieure au chiffre d'affaires (+16,1%), à 342,4 millions d'euros, grâce à des économies d'échelle, et la marge bénéficiaire progresse de 0,9 point de pourcentage, à 28,2%.

Le résultat net courant a fait un bond de 21,5%, à 219,3 millions d'euros.

"Après les performances relativement modérées de l'exercice précédent, nous avons renoué en 2018 avec une croissance tendanciellement forte, au-delà même, dans une certaine mesure, de nos projections initiales", déclare Joachim Kreuzburg, président du conseil d'administration, cité dans le communiqué de résultats. "Nous envisageons l’avenir avec optimisme et nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux pour 2019."

Pour cette année, Sartorius Stedim Biotech table sur une progression de 7% à 11% de son chiffre d'affaires consolidé et une augmentation de sa marge d'Ebitda courant d'un peu plus d'un point de pourcentage par rapport aux 28,2% de 2018. Le ratio dépenses d'investissement / chiffre d'affaires est en outre estimé en baisse à près de 11% (14,6% en 2018).

La société évoque brièvement le Brexit : "En dépit des mesures préventives déjà adoptées, une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne pourrait avoir un certain

impact sur notre chaîne d'approvisionnement. Cependant, il est impossible de se prononcer avec certitude sur ce pronostic à l'heure actuelle."

Sa maison mère, l'allemand Sartorius, dont les résultats annuels sont de la même veine, fait aussi un bond à la Bourse de Francfort (+8,74% à 112 euros).

(Dominique Rodriguez, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS