Sarkozy tente de radoucir les velléités sur les 35 heures

Lors de ses vœux aux partenaires sociaux, Nicolas Sarkozy a tenté jeudi d'apaiser les vives tensions autour des 35 heures, en excluant toute atteinte au "pouvoir d'achat des Français" et à "la compétitivité des entreprises". La cérémonie a été boudée par la CGT.

Partager

Sarkozy tente de radoucir les velléités sur les 35 heures

« Je vous remercie d'avoir répondu à cette invitation qui s'inscrit dans la tradition républicaine à laquelle nous sommes tous profondément attachés », a affirmé d'emblée le président, visant, sans la citer nommément, la CGT, qui avait créé la surprise en boycottant, pour la première fois, la cérémonie.

D’entrée plombée par les tensions suscitées par le conflit sur les retraites, la solennité a été la chambre d’écho du débat qui refait jour sur le temps de travail.La polémique fait rage sur les 35 heures entre les partisans de leur remise en cause, emmenés par Jean-François Copé, patron de l'UMP, et ceux qui, comme le ministre du Travail Xavier Bertrand, ne souhaitent pas aller plus loin dans son démantèlement, tout en estimant légitime un débat sur le « coût du travail ».

Le président a refusé de trancher : aujourd'hui "les 35 heures uniformes et obligatoires n'existent plus", a-t-il rappelé, tout donnant son feu vert à l'UMP pour rouvrir le dossier: "je considère qu'il n'est pas de sujets tabous, d'autant plus que la crise a changé la donne".

Mais Nicolas Sarkozy a posé ses conditions: "ne pas toucher au pouvoir d'achat des salariés" - "je n'accepterai pas ça", a-t-il martelé - et "ne pas peser sur la compétitivité des entreprises".

Outre les 35 heures, le souvenir de la bataille sur les retraites a aussi plané dans la salle des fêtes de l'Elysée, où Nicolas Sarkozy a tenté de tourner la page. Un accord avec les syndicats n'était "pas possible" car la réforme ne relevait "pas du champ de la négociation", a-t-il insisté.

A ceux qui prédisent la fin du dialogue social, il a promis de leur montrer "qu'ils (avaient) tort", en évoquant notamment le dernier grand chantier social de son quinquennat, la réforme de la dépendance des personnes âgées, ainsi que sa "priorité" affichée pour l'emploi des jeunes.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS