Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Sapsa Bedding a fermé ses portes

, , ,

Publié le

Liquidée le 11 décembre dernier avec une période de poursuite d’activité de deux mois, l’entreprise Sapsa Bedding de Saleux près d’Amiens (Somme) vient de fermer ses portes. Les 156 salariés vont être licenciés. Le groupe sud-africain Steinhoff, en négociation pour une éventuelle reprise, s’est retiré.

Sapsa Bedding a fermé ses portes
Site de Sapsa Bedding de Saleux (Somme).
© Google Maps

Les entreprises citées

Le fabricant italien de matelas en latex et de sommiers Sapsa Bedding installé à Saleux près d’Amiens (Somme) a fermé ses portes. Les 156 salariés vont être licenciés. L’entreprise avait été liquidée le 11 décembre 2014 par le tribunal de commerce d’Amiens avec une période de poursuite d’activité de deux mois. Ce "répit" décidé par le tribunal était destiné à permettre à l’entreprise de continuer les négociations avec le groupe sud-africain Steinhoff, propriétaire de Conforama, en vue d’une reprise. Mais le groupe Steinhoff s’est finalement retiré.

Vendredi 30 janvier, au cours d’une réunion extraordinaire du comité d’entreprise, les salariés ont été informés de l’échec de ces négociations et de la fermeture de l’entreprise. La liquidation de l’entreprise sera légalement effective le 11 février.

Aujourd’hui endetté à hauteur de plus de 10 millions d’euros, Sapsa Bedding connaît des difficultés depuis quatre ans avec une chute des commandes liée à la perte d’un client majeur. A la recherche de solutions, Sapsa s’était allié en 2013 avec Cauval, le numéro 1 français du meuble, mais cela ne lui a pas permis de sortir la tête de l’eau. Sapsa avait, par la suite, espérer travailler pour le groupe américain Tempur, spécialiste de la literie haut de gamme. En vain.

Un an exactement après l’annonce de la fermeture de l’usine Goodyear d’Amiens nord, la fermeture de Sapsa Bedding est un nouveau coup dur pour l’économie amiénoise.

Claire Garnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle