SAP bouscule le marché des ERP pour PME

Aurélie Barbaux

Publié le

En misant sur le service en ligne pour son nouveau progiciel de gestion, l'allemand veut conquérir le marché convoité des PME. La démarche est osée. Les concurrents s'interrogent.

SAP s'apprête à frapper un grand coup. Le 19 septembre, à New-York, l'éditeur allemand dévoilera sa nouvelle offre de progiciel de gestion pour les PME. Son nom de code : A1S. Son originalité ? Il s'agit d'un ERP utilisable entièrement en ligne. Un vrai pari car, si le modèle ASP - aussi baptisé SaaS (Software as a Service) ou « On demand » - commence à s'imposer pour les applications commerciales, de ressources humaines ou de collaboration, c'est loin d'être le cas pour la gestion.

« La demande d'ERP en ASP reste faible. Le modèle fonctionne pour des solutions plus standards, mais bute sur les progiciels de gestion, qui doivent coller aux organisations des entreprises », explique Vincent Lieffry, analyste pour le cabinet CXP. Les éditeurs précurseurs ne comptent pour l'instant que quelques dizaines de clients ayant opté pour la location d'application hébergée.

Pourtant, le modèle a le vent en poupe. Certains parviennent à s'imposer comme l'américain Salesforce.com, qui affiche une réussite insolente avec son application de gestion de la relation clients 100 % en ligne. Le cabinet américain Gartner estime que d'ici à 2011, un quart des logiciels sera commercialisé sous le mode de service en ligne. Mais pour espérer reproduire le succès de Salesforce.com, les éditeurs d'ERP n'ont d'autre choix que de développer de nouveaux produits. Rendre accessible une application via un navigateur web permet déjà aux entreprises de s'affranchir des contraintes techniques d'administration de serveur et de payer un loyer plutôt que d'acquérir des licences. Mais cela ne suffit pas. « Pour être économiquement viable et accessible à des PME, le modèle ASP doit s'appuyer sur des solutions qui permettent de partager le développement, l'exploitation et l'hébergement », explique Michel Martin, le PDG de Proginov, l'un des rares éditeurs français d'une solution ERP en SaaS. Il faut donc une nouvelle architecture logicielle, encore plus modulaire. Elle existe. Les spécialistes parlent de SOA (Service Oriented Architecture). Elle est basée sur des petits modules logiciels ou services web, que l'on peut appeler et agencer à la demande.

SAP, conscient de ces freins, est resté longtemps rétif au modèle ASP. Mais alors que le marché des grands comptes est saturé, et que le logiciel de l'israélien Top Manage - acquis en 2002 pour attaquer le marché des PME - n'a pas rencontré le succès escompté, l'éditeur allemand s'est résolu à investir 500 millions d'euros dans le développement d'un nouvel ERP.

un lancement commercial prévu début 2008

Le client pourra le paramétrer en ligne en suivant un script (ou Wizard) qui l'accompagnera pas à pas. Il pourra tester le résultat avec un jeu de données avant de s'engager dans une location longue durée. Et si le mode en ligne ne lui convient plus, le client concerné devrait pouvoir rapatrier l'application en interne. « Avec cette solution, nous espérons avoir une croissance de 30 à 40 % par an à partir de 2008 sur le marché des entreprises de 50 à 100 personnes. Mais la grande inconnue demeure la capacité des entreprises à oser l'achat en ligne », reconnaît Walter Lenarduzzi, le responsable de la division PME chez SAP France. Il faudra encore attendre un peu pour juger sur pièce. Le lancement commercial interviendra début 2008. Et encore, pas partout. Car si l'application centrale est la même pour tous, sa localisation par pays, pour coller aux différentes législations, se fera au fur et à mesure. Premiers servis : l'Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume- Uni, la France et la Chine. De plus, pour l'heure, les modules liés à la gestion de production ne sont pas encore prêts.

En attendant, les concurrents s'interrogent. Les précurseurs dans le domaine de l'ASP, comme en France Cegid, Divalto, Proginov ou Generix, se sentent confortés dans leur vision de l'avenir de l'informatique professionnel par l'initiative de SAP. Mais ils restent dubitatifs. « Vu le temps nécessaire au paramétrage d'un ERP pour coller aux processus d'une entreprise, la solution de paramétrage en ligne de SAP ne pourra s'adresser qu'aux TPE qui ont des besoins standards », pronostique Florence Desprets, la directrice marketing pour l'activité entreprise de Cegid.

Et quid du réseau des revendeurs de SAP ? « Ils perçoivent les services en ligne comme une concurrence déloyale », souligne Thierry Meynlé, le PDG de Divalto. Mais ils n'ont encore rien vu. Egalement présent sur le marché des ERP, « Microsoft devrait réagir », prévoit Philippe Grange, organisateur du Salon ERP, qui se tiendra du 2 au 4 octobre prochain à Paris.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte