SAP à l'assaut de Business Objects

Aurélie Barbaux

Publié le

La croissance organique ne suffit plus à l'éditeur allemand. Il lance une OPA amicale sur Business Objects, le leader de l'informatique décisionnelle.

Leader sur un marché en croissance en phase de consolidation accélérée... depuis des mois, Business Objects attisait toutes les convoitises. L'affaire est désormais entendue avec l'OPA amicale que l'allemand SAP vient, pour 4,8 milliards d'euros, de lancer sur le groupe franco-américain fondé en 1990 par Denis Payre et Bernard Liautaud. Un coup de tonnerre pour la poignée d'acteurs de l'informatique décisionnelle, qui consiste dans l'extraction, le traitement et la consolidation des données d'entreprises, restituées sous forme de tableaux. Avec une croissance de licences de plus de 10 % annuelle, le secteur est l'un des plus porteurs.

Côté SAP, cette opération rompt avec sa stratégie de croissance organique. Jusque-là, ses rachats n'avaient porté que sur des briques technologiques. « SAP veut doubler la taille de son marché potentiel d'ici à 2010 », déclarait son PDG, Henning Kagermann, en 2005. Mais son principal concurrent, l'américain Oracle, lui coupe l'herbe sous le pied en multipliant les acquisitions majeures, dont récemment Hyperion, autre acteur du décisionnel, pour 3,3 milliards de dollars. Sans parler de Microsoft.

Sap met l'accent sur les PME

Or, la vache à lait de SAP, le marché des progiciels de gestion, est mature. Son seul relais de croissance se situe auprès des PME (il vient de lancer pour elles une offre 100 % en ligne) ou des applications connexes, comme le décisionnel, sur lequel l'éditeur allemand a développé ses propres modules. Sans vraiment convaincre.

De ce côté, le rapprochement Business Objects-SAP trouve son sens, puisque 40 % des clients de Business Objects utilisent SAP. Quant à la place de la société au sein de l'éditeur allemand, celui-ci jure qu'elle restera une entité indépendante. Un signe de respect peut-être pour ce qui fut l'une des rares success story française du logiciel. Business Objects perdra néanmoins son atout d'acteur indépendant de toute plate-forme technologique, que seul le canadien Cognos peut maintenant revendiquer. .

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte