Santander se défend face à Orcel au tribunal

par Emma Pinedo et Jesús Aguado
Santander se défend face à Orcel au tribunal
La présidente de Santander, Ana Botin, a défendu mercredi devant le tribunal le retrait de l'offre d'embauche faite il y plus de deux ans au banquier italien Andrea Orcel pour devenir le directeur général de la banque espagnole. /Photo prise le 10 mai 2021/REUTERS/Kacper Pempel

MADRID (Reuters) - La présidente de Santander, Ana Botin, a défendu mercredi devant le tribunal le retrait de l'offre d'embauche faite il y plus de deux ans au banquier italien Andrea Orcel pour devenir le directeur général de la banque espagnole.

Un tribunal de Madrid doit déterminer si la lettre d'offre adressée en septembre 2018 par Santander à Orcel est un contrat de travail juridiquement contraignant ou seulement une offre initiale.

La présidente de Santander a défendu mercredi que la lettre "n'était pas un contrat", et que le conseil d'administration de la banque n'avait jamais approuvé son régime de rémunération finale.

"Le montant de la rémunération n'a pas été convenu. Le chiffre maximum a été fixé et le conseil d'administration a décidé de communiquer la nomination sur la base du fait que la rémunération globale serait conforme au marché. Mais le conseil n'a pas approuvé le montant", a dit Ana Botin.

La première banque espagnole avait justifié le retrait de son projet de recruter Orcel en raison d’un désaccord sur sa rémunération.

Selon Ana Botin, la lettre d'offre précisait que tout paiement de son ancien employeur UBS contribuerait à réduire la rémunération versée par Santander.

Face au retrait de l'offre de Santander, Andrea Orcel, l'un des banquiers d'affaires les plus connus en Europe, avait décidé de porter l'affaire en justice et réclamait jusqu'à 112 millions d'euros à la banque espagnole.

Il a finalement réduit sa demande à 67 millions d'euros, selon des sources proches du dossier et un document juridique.

Andrea Orcel, 57 ans, a aussi abandonné son action en justice qui aurait obligé la banque espagnole à l'embaucher. Il a en effet été nommé en avril administrateur délégué d'UniCredit où sa rémunération, approuvé de justesse, pourra atteindre 7,5 millions d'euros.

(Avec la contribution de Nathan Allen, version française Diana Mandiá, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - Orly

Mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour la passation et le suivi de certains marchés

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS