Santander relève son objectif de rentabilité

par Jesús Aguado
Santander relève son objectif de rentabilité
Banco Santander a relevé son objectif de rentabilité de 2018, la plupart de ses marchés jouissant de perspectives économiques nettement plus favorables. /Photo d'archives/REUTERS/Pilar Olivares

MADRID (Reuters) - Banco Santander a relevé son objectif de rentabilité de 2018, la plupart de ses marchés jouissant de perspectives économiques nettement plus favorables.

S'adressant mardi à des investisseurs à New York, la première banque espagnole a relevé son objectif de rentabilité des fonds propres tangibles (ROTE) de 2018 à 11,5%. Il était de 11% dans son précédent plan stratégique daté de l'an passé.

Le marché n'est pourtant pas impressionné et l'action perd plus de 2,8% en Bourse de Madrid, plus forte perte de l'indice EuroStoxx 50.

Le contexte politique, avec la question de l'indépendance catalane qui a amené les établissements locaux Banco Sabadell et Caixabank à décider de déplacer leur siège social, y est pour beaucoup.

Comme ses homologues européennes, Santander a du mal à faire du bénéfice sur ses prêts en raison de taux d'intérêt ultra-bas, sans compter une concurrence âpre qui fait fondre les marges.

Santander a toutefois pu compenser en partie ce dernier élément grâce au dynamisme de ses activités brésiliennes, qui représentent 26% de ses résultats, et à la croissance des revenus de Banco Popular, une banque qui a frôlé la faillite et que Santander a rachetée un euro symbolique en juin.

La présidente Ana Botin a dit mardi que la banque jouissait toujours d'une croissance excellente en Amérique latine et de tendances positives en Europe et aux Etats-Unis.

"Au Royaume-Uni, même si la croissance du PIB a ralenti, la performance a été meilleure que nous ne l'avions prévu", a-t-elle déclaré.

Santander a par ailleurs confirmé ses autres objectifs de 2018, soit une croissance à deux chiffres du bénéfice par action et le versement d'un dividende en numéraire représentant 30% à 40% du bénéfice courant.

Santander, à la traîne de la concurrence européenne sur les ratios de solvabilité, a également confirmé l'objectif d'un ratio de fonds propres CET1 de plus de 11% et d'un ratio charges/revenus de 45% à 47%.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS