Sans autre choix, les astronautes américains continueront à rejoindre l'ISS en Soyouz

La NASA a prolongé son contrat avec la Russie jusqu’en 2019 pour envoyer ses astronautes sur la Station spatiale internationale (ISS). Une contrainte plus qu’un accord puisque la NASA comptait stopper sa dépendance russe d’ici l’année prochaine. Mais le congrès américain ne finance pas assez la filière spatiale pour créer les "navettes taxis" qui décolleraient depuis les États-Unis.

Partager

Malgré la suspension des contats entre les pays, les États-Unis et la Russie ont...signé un contrat ensemble. La NASA a prolongé jusqu’en 2019 l 'accord faisant des capsules russes Soyouz les moyens de transport exclusifs des astronautes américains vers l’ISS, la station spatiale internationale.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans une lettre envoyée au Congrès américain et publiée par la NASA, Charles Bolden, patron de l’agence spatiale américaine, critique l’obligation de devoir maintenir une dépendance vis-à-vis de la Russie. Pourtant, Charles Bolden avait pris des dispositions : "En 2010, j’ai présenté au Congrès un plan de partenariat avec l’industrie américaine pour ramener dès 2015 les décollages aux Etats-Unis à condition que le financement demandé suive. Malheureusement, depuis cinq ans maintenant, tout en augmentant progressivement le budget annuel, le Congrès ne finance plus de façon adéquate le programme Commercial Crew".

Ce programme devait en effet permettre à la NASA de créer un moyen de transport complet (vaisseau et lanceur), sur le territoire américain. Les compagnies Boeing et SpaceX avait été choisi pour développer ce projet. Avec la baisse de financement de ce programme, les États-Unis n’ont pas d’autre choix que de prolonger le contrat avec la Russie.

Le patron de la NASA explique dans sa lettre que SpaceX et Boeing "se retrouveront probablement à court d'argent pour poursuivre leur programme au printemps ou à l'été 2016". Cela impliquerait un nouveau délai et des coûts supplémentaires. Charles Bolden a indiqué que "compte tenu de cette modification de contrat, le coût des services seront d’environ 490 millions de dollars (450 millions d’euros) pour les contribuables Américains". Ce prix revient à un coût de 80 millions de dollars (73 millions d’euros) par homme et par voyage. C'est notamment pour cela que le patron de la NASA regrette la décision du Congrès car, une fois mis en place, le montant du décollage par personne depuis le sol américain atteindrait 58 millions de dollars (53 millions d’euros). Une économie qui nécessite un financement de 1,24 milliards de dollars (1,13 milliards d’euros) pour que SpaceX et Boeing puissent terminer le développement de leur moyen de transport complet.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS