Sanofi va céder son activité générique en Europe

Lors de l'annonce de ses résultats du 3e trimestre, le leader pharmaceutique français a annoncé qu'il allait se défaire de ses activités génériques en Europe d'ici à deux ans. Cette cession, qui inquiète les syndicats, concernerait 3 000 emplois en Europe dont 200 en France.

C'est une nouvelle étape dans la réorganisation des activités de Sanofi, peut-être celle de trop pour les syndicats. Lors de l'annonce de ses résultats du dernier trimestre de 2016, le géant pharmaceutique a annoncé avoir pris la décision d'initier la cession de son activité Génériques en Europe, et qu'il prévoyait de la céder sous 12 à 24 mois.

Pour ce troisième trimestre, Sanofi a annoncé un bénéfice net en progression de 2,8 % à 1,67 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires total de 9 Mrds € (+2 %). Le chiffre d'affaires des Génériques s'élève quant à lui à 453 millions d'euros pour ce dernier trimestre, « soit une progression de 1,3 % grâce aux performances des États-Unis et de l'Europe, qui ont compensé le léger recul enregistré dans les marchés émergents », note Sanofi. « Sur les 9 premiers mois, le chiffre d'affaires de cette activité a progressé de 0,8 %, à 1 386 M€. » En 2015, les Génériques du groupe ont généré un chiffre d'affaires d'1,9 Mrd €. Mais si l'activité Génériques en Europe demeure rentable pour le géant pharmaceutique, celui-ci a annoncé qu'il préférait toutefois se concentrer sur les autres parties du monde, notamment sur les marchés émergents. Cette décision, conforme à la feuille de route 2020 dévoilée par le groupe en novembre 2015, suscite l'incompréhension des syndicats. Dans un communiqué, la FCE-CFDT a ainsi tenu à dénoncer « la stratégie à court terme sans objectif à long terme » de Sanofi, qui « préfère lancer des programmes de rachat d'action de 3,5 milliards » plutôt que d'engager « de réels investissements dans des bio similaires », ce que le syndicat demande depuis des mois. Christophe Roque, président du syndicat régional CFE-CGC Chimie Méditerranée s'inquiète quant à lui de l'impact de cette cession sur le territoire français. Il dénonce une « stratégie purement financière et à court terme » et une « hérésie patriotique au niveau économique » alors même que Sanofi « fait partie intégrante du fleuron industriel français », nous a-t-il confié. Commercialisés sous la marque Zentiva, les génériques de Sanofi concernent environ 3 000 salariés en Europe. Mais s'ils sont essentiellement produits sur deux sites d'Europe de l'Est (Prague en République Tchèque et Bucarest en Roumanie), cette activité de produits génériques emploie tout de même 200 personnes en France, selon Christophe Roque. Dans l'Hexagone, cette décision aura un impact sur la distribution et la branche commerciale, assure le syndicaliste. « Depuis 2009, on assiste à une réduction drastique de la masse salariale de Sanofi en France, avec 5 000 emplois en moins », souligne-t-il, en ajoutant que l'activité de recherche de Sanofi a pratiquement disparu du territoire.

Une séparation du pôle chimie sur la table

Cette décision intervient alors que le groupe procède à des réorganisations majeures de son portefeuille. Il s'apprête ainsi à scinder son pôle chimie en deux entités (CPH n°777), l'une dédiée aux activités pour le compte du groupe et l'autre aux activités pour le compte de tiers. Cette division importante fait craindre aux syndicats une cession partielle, et pose la question de l'avenir des 1 600 salariés concernés. Le groupe, qui assure ne pas vouloir se désengager de la chimie, devrait en dire davantage en 2017. Sanofi a par ailleurs prévu d'échanger sa filiale santé animale Merial contre le pôle médicament sans ordonnance de Boehringer Ingelheim (CPH n°766). Pour faciliter le processus d'approbation par la Commission européenne, Sanofi a déjà cédé certains actifs du portefeuille de Merial au laboratoire pharmaceutique vétérinaire Ceva (CPH n°777).

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Expert(e) naval - Jauge (F/H)

BUREAU VERITAS - 11/06/2022 - CDI - Saint Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

66 - Banyuls-sur-Mer

Création d'un pavillon d'accueil au centre régional de la Sommellerie

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS