Sanofi-Toulouse : la direction satisfaite, les syndicats alarmés

Présenté ce vendredi 17 mai par Arnaud Montebourg, le rapport d’expertise sur le sort du site de recherche de Sanofi à Toulouse divise. Si la direction du groupe pharmaceutique compte s’en inspirer pour finaliser son plan de restructuration, les syndicats sont plus mitigés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sanofi-Toulouse : la direction satisfaite, les syndicats alarmés

Lors d’un déplacement médiatisé à Toulouse, le ministère du Redressement Productif s’est dit satisfait, ce vendredi 17 mai 2013, des conclusions du rapport qui lui a été remis sur le site de recherche de Sanofi à Toulouse. Un rapport que la direction de Sanofi perçoit comme une confirmation de sa stratégie. "Le rapport confirme la nécessité de réorganiser la recherche de Sanofi en France, en particulier pour faire face à des handicaps structurels et s’ouvrir au monde extérieur", affirme -t-elle.

Soulagés par l’absence de suppression d’emplois

Du côté des organisations syndicales, le sentiment est mitigé. Qu’aucun emploi ne disparaisse sur ce site de 614 salariés, alors que le groupe pharmaceutique prévoit par ailleurs d’en supprimer 917 dans le cadre de son plan de restructuration hexagonal, est évidemment un soulagement. Mais la transformation du site de Toulouse en "plateforme technologique au service de Sanofi et d’autres sociétés biotechnologiques ou pharmaceutiques", englobant 250 salariés, inquiète. "Si Sanofi ne met pas le budget adéquat, cette coquille ne marchera pas, estime Laurent Ziegelmeyer, syndicaliste CGT sur un autre site de recherche de Sanofi. Or lors du comité central d’entreprise qui s’est tenu hier, la direction a annoncé que les budgets sur la partie recherche étaient en baisse !" Des moyens que compte mettre en œuvre Sanofi à Toulouse, il n’en a en effet pas été question durant cette conférence de presse.

Incertitude sur le sort du site dans cinq ans

"Sanofi s’engage à accompagner, au cours des 5 prochaines années, la transition vers de nouvelles structures autonomes, dans le respect de ses traditions et pratiques sociales ", précise simplement le laboratoire. Le rapport prévoit en effet la création d’une spin-off, dédiée au développement de solutions thérapeutiques innovantes avec 80 salariés détachés de Sanofi, et l’implantation de 5 start-ups, portés par des salariés du site. Une "précarisation" pour la CGT.

Reste que les syndicats s’inquiètent de ce que deviendra le site après ces cinq ans. "Avec la création de start-up et de spin-off, on peut lire entre les lignes un désengagement de Sanofi à Toulouse à moyen ou long terme", estime Christophe Roque, porte-parole de la CFE-CGC R&D de Sanofi. Reçue par les patrons R&D de Sanofi le 17 avril 2013, la CGT affirme pour sa part qu’il lui aurait alors été annoncé que la bannière de Sanofi ne flotterait plus sur Toulouse d’ici quatre à cinq ans.

La recherche toujours menacée à Montpellier

Enfin, le rapport remis à Arnaud Montebourg prévoit 80 départs à la retraites anticipés, et des transferts de postes vers les sites de Vitry (Val-de-Marne) et de Lyon (Rhône), qui faisaient déjà partie du plan de restructuration de Sanofi. "Comme déjà annoncé, les activités de recherche anti-infectieuse seraient regroupées à Lyon, où Sanofi prévoit la construction d’un centre d’excellence mondial", précise la direction du groupe. "Cela concerne quelques dizaines de postes, et pour l’heure, il n’y a rien là-bas pour les accueillir : ni locaux, ni projet réel !", s’alarme Laurent Ziegelmeyer.

Les syndicats s’inquiètent aussi du sort du site de R&D de Sanofi à Montpellier, qui ne faisait pas partie du périmètre de la mission : il devrait voir son activité recherche disparaître dans le cadre de la restructuration. Soit "252 suppressions d’emplois", évalue Christophe Roque, qui travaille sur ce site. Et ne peut s’empêcher d’être amer. "Aujourd'hui, nous avons utilisé tous les recours dont nous pouvions disposer, sachant que le gouvernement s’est satisfait de cette mission pourtant très rapidement bouclée. Tout le monde essaie de garder la tête plus ou moins haute sur ce dossier, mais le problème de fonds demeure." Car la direction de Sanofi devrait présenter son nouveau plan de restructuration pour la partie R&D – dont la première mouture s’était fait retoquée par la justice - entre juin et septembre.

Gaëlle Fleitour

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS