Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Sanofi supprime 232 postes supplémentaires

Julien Cottineau , ,

Publié le

Le géant pharmaceutique français a dévoilé un projet de restructuration de Sanofi-Aventis France, qui mènerait à la suppression de 232 postes, essentiellement commerciaux. Il s'ajoute à un plan de réduction d'effectifs touchant 700 postes dans les fonctions support d'autres entités du groupe.

Sanofi supprime 232 postes supplémentaires
Sanofi supprimera 232 postes dans ses fonctions commerciales en France.
© D-R.

Un nouveau plan social s’enclenche chez Sanofi. Le groupe a présenté aux syndicats, le 7 mars, un projet de restructuration et de réorganisation de son entité Sanofi-Aventis France, qui conduirait à la suppression de 232 postes. Sanofi-Aventis France recense aujourd’hui 1 766 collaborateurs, dont 1 547 pour les activités commerciales, essentiellement des visiteurs médicaux. Lesquels seraient principalement concernés par les coupes. Au total, en France, le géant pharmaceutique tricolore emploie environ 25 000 salariés.

Une procédure d’information consultation va être engagée avec les partenaires sociaux, et la nouvelle organisation pourrait être mise en place, au plus tôt, au cours du troisième trimestre 2019, a confirmé un porte-parole. Lequel précise que Sanofi entend "privilégier le volontariat" et ouvrira à la négociation avec les organisations syndicales un "accord comportant prioritairement des mesures d’accompagnement à la mobilité interne et aux départs volontaires". 

Concurrence des génériques et des produits biosimilaires

Le groupe évoque plusieurs facteurs pour justifier son projet, comme la baisse des prix des médicaments, la concurrence des génériques et des produits biosimilaires, mais aussi l’évolution démographique des médecins et "l’émergence d’attentes nouvelles en matière d’information et de formation", ajoute le porte-parole. Sanofi entend ainsi œuvrer pour sa compétitivité et pour mieux répondre aux attentes des médecins.

Le projet ne ravit pas les syndicats. La FCE-CFDT fustige les "choix hasardeux de quelques dirigeants" et dénonce ainsi des plans successifs qui "déstructurent les organisations du travail, augmentent les risques psychosociaux, et créent ainsi un malaise profond et une perte de confiance" chez les salariés. Le syndicat préconise une "gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) active et ambitieuse" afin de "répondre aux enjeux du groupe dans un contexte international".

Accord sur les ruptures conventionnelles collectives

Ce projet de restructuration intervient alors que Sanofi vient de finaliser un volet de négociations avec les partenaires sociaux sur la réorganisation de ses fonctions support globales. Annoncé en décembre dernier, ce projet vise la suppression de près de 700 postes à fin 2020. Plusieurs syndicats (FCE-CFDT, CFE-CGC et CFTC notamment) ont signé en février un accord sur les ruptures conventionnelles collectives (RCC).

Au total, 670 salariés, dont 570 de Sanofi-Aventis Groupe, 70 de Sanofi-Aventis Recherche & Développement, et 30 de Sanofi Pasteur, sont concernés. Selon l’accord, aucun licenciement n’interviendra avant la fin décembre 2020, et le groupe s’est engagé à accompagner les salariés volontaires à un départ. D’après la CFE-CGC, les "conditions financières obtenues pour ces départs sont largement supérieures aux indemnités légales imposées à l’employeur". Une commission paritaire de suivi sera aussi mise en place.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle