Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Sanofi s’allie à l’ESPCI pour des recherches sur la microfluidique

, , , ,

Publié le

Le laboratoire pharmaceutique signe une convention de mécénat sur 3 ans avec l’Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielle de la Ville de Paris. L’objectif est de développer des techniques de micro manipulation de fluides. Deux premières applications sont visées : le test de la toxicité potentielle de nouvelles molécules thérapeutiques, et de nouveaux systèmes d’administration de médicaments.

Sanofi s’allie à l’ESPCI pour des recherches sur la microfluidique © D.R.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Sanofi et l’ESPCI ont signé une convention de mécénat sur 3 ans pour développer des projets de collaboration entre les chercheurs des deux partenaires. Un accord très ciblé, puisqu’il concerne les systèmes microfluidiques - les technologies pour manipuler des fluides à l’échelle du micron - un domaine de recherche sur lequel plusieurs laboratoires de l’ESPCI sont en pointe.

La microfluidique crée des composants miniaturisés pour véhiculer, mélanger, séparer ou analyser des fluides en quantités minimales. Ses domaines potentiels d’utilisation sont très larges, mais Sanofi s’est focalisé, dans un premier temps, sur deux applications possibles dans la recherche pharmaceutique.

Un premier projet  concerne l’évaluation des risques de toxicité de nouveaux candidats médicaments. Il repose sur une technologie développée au LMCD (Laboratoire Colloïdes et Matériaux Divisés) de l’Ecole. Un générateur de gouttes qui, à la cadence de 1000 gouttes par seconde, peut encapsuler des cellules vivantes, une par une ou par paquets. La paroi de ces gouttes étant perméable, des centaines de milliers de cellules encapsulées deviennent ainsi une matière facilement manipulable pour effectuer des tests de toxicité.

Le deuxième projet programmé, avec le laboratoire MMN (Microfluidique Mems Nanostructure) concerne la délivrance de médicament. Au menu, entre autres : la "seringuabilité". Autrement dit, la capacité d’un produit à être délivrer via l’aiguille d’une seringue : il y a longtemps que les infirmières faisaient de la microfluidique  sans le savoir.

L’ESPCI est l’un des laboratoires fondateurs de l’Institut Pierre-Gilles de Gennes, consacré à la microfluidique, et qui doit ouvrir ses locaux l’été prochain.

Thierry Lucas

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle