Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Sanofi poursuit sa difficile recherche d'un nouveau directeur général

, , , ,

Publié le , mis à jour le 19/12/2014 À 07H15

Sanofi a annoncé le 18 décembre en conseil d'administration que ses consultations pour trouver un successeur à Christopher Viehbacher à sa direction générale se poursuivaient sans donner aucune indication en matière de calendrier, a déclaré à Reuters une source proche du laboratoire pharmaceutique.

Sanofi poursuit sa difficile recherche d'un nouveau directeur général © D.R.

Les consultations du conseil d'administration de Sanofi pour trouver un successeur à l'ex-patron du groupe Christopher Viehbacher se poursuivent, a expliqué une source à Reuters le 18 décembre.  Sanofi n'a donné aucune indication en matière de calendrier. Au cours de cette réunion traditionnelle de fin d'année, Serge Weinberg, PDG par intérim de Sanofi, a simplement déclaré que le comité des nominations "consultait, examinait les dossiers et réalisait des auditions" et que cela "prenait du temps", a-t-on déclaré de même source.

Aucun des noms évoqués dans la presse n'a été prononcé à cette occasion sinon celui de Patrick Kron, le PDG d'Alstom, présent depuis mai dernier au conseil d'administration de Sanofi qui a dit lui-même qu'il n'était pas candidat, démentant ainsi un article du Journal du Dimanche, publié ce week-end.

Lors de ce conseil d'administration, il a aussi été mentionné que les négociations avec les avocats de Christopher Viehbacher en vue de fixer le montant de ses indemnités de licenciement étaient "en bonne voie" mais aucun montant n'a été évoqué, a ajouté la source. Une porte-parole de Sanofi s'est refusée à tout commentaire.

Serge Weinberg, PDG par intérim, avait observé début décembre que la pression fiscale en France était un handicap pour attirer des dirigeants étrangers ou même faire revenir des Français expatriés. L'objectif du groupe, avait-il expliqué en novembre, est de trouvé un professionnel éprouvé de l'industrie pharmaceutique mais, aussi, un bon communicant "avec les équipes mais aussi avec le conseil d'administration".

UN REMPLACEMENT "LONG ET COMPLIQUÉ"

Sur cette base, les bons connaisseurs de l'industrie pharmaceutique avaient estimé qu'Olivier Bohuon, le patron opérationnel de l'équipementier médical britannique Smith & Nephew, était un candidat crédible. Ils avaient aussi cité le nom de Pascal Soriot, le directeur général d'AstraZeneca et celui de Bernard Poussot, l'ancien directeur général du groupe pharmaceutique Wyeth.

Depuis, Olivier Bohuon a déclaré qu'il était "très heureux" chez son employeur actuel, Bernard Poussot a décidé de rejoindre le groupe Roche tandis que Pascal Soriot a semblé ne pas être non plus intéressé par le poste. Sous couvert d'anonymat, un analyste bancaire considère que la difficulté à trouver un nouveau directeur général tient au fait que le successeur de Christopher Viehbacher devra non seulement revenir dans "un univers franco-français" mais aussi qu'il n'aura pas "les coudées franches" face à un conseil d'administration échaudé par la gouvernance jugée trop solitaire de Christopher Viehbacher.

il y a un pilote aux commandes

"Le remplacement de Christopher Viehbacher va être long et compliqué", prévoit ainsi Alain J. Gilbert co-président du cabinet de consultants Bionest Parters. Cependant, ajoute cet expert, "l'équipe de qualité mise en place par Christopher Viehbacher que dirige aujourd'hui Serge Weinberg peut très bien fonctionner sans grand changement stratégique pendant au moins six à huit mois".

De fait, depuis le débarquement brutal de Chris Viehbacher, fin octobre, le laboratoire pharmaceutique s'attache à démonter qu'il y a un pilote aux commandes et que le cap de la stratégie est maintenu. Ainsi, Sanofi a notamment défendu sa recherche en annonçant le lancement de 18 nouveaux médicaments d'ici 2020, a engagé des négociations exclusives avec l'allemand Evotec pour lui céder son site de recherche de Toulouse et a racheté une usine de santé animale de Merck aux Etats-Unis

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle