Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Sanofi Maroc produit un traitement antipaludéen nouvelle manière à Casablanca pour l'Afrique

, ,

Publié le

Le groupe Sanofi depuis son usine du Maroc a commencé à mettre sur le marché ses premiers traitements antipaludéens fabriqués avec de l’artémisinine hémi-synthétique, une première. La version de semi-synthèse de ce principe actif a été développée avec les fonds de la fondation de Bill Gates et n’est pas vouée à générer des profits. Sanofi prévoit un première vague de 1,7 million de traitement expédiés depuis Casablanca et destinés à des pays d'Afrique subsaharienne.

Sanofi Maroc produit un traitement antipaludéen nouvelle manière à Casablanca pour l'Afrique
Usine Sanofi Mapahr à Casablanca qui produit le traitement antipaludique
© dr

Sanofi vient de débuter l’expédition à partir du Maroc des premiers lots de la nouvelle version de son traitement antipaludique Asaq Winthrop, un médicament curatif (et non préventif) de certaines forme du paludisme.

Le groupe pharmaceutique fabrique l’Asaq Winthrop plusieurs années au Maroc dans son usine Maphar, située à Zenata près de Casablanca. Mais désormais ce médicament, présenté sous forme galénique de comprimé, utilise, pour partie, un principe actif, l’artémisinine, fabriqué en Italie selon un mode hémi-synthétique.

L’artémisinine est un composé dont les vertus antipaludéennes sont connues de longue date en médecine chinoise notamment mais son usage s’est développé ces dernières années. Son développement est fortement encouragé par l’OMS dans la stratégie de lutte contre la malaria, maladie qui fait plus de 600 000 victimes par an surtout en Afrique.

Ce composé était jusque-là entièrement obtenu par un procédé extraction à partir de l’armoise (artemisia annua), une plante cultivée essentiellement en Chine mais aussi en Afrique. Il était donc soumis à des variations annuelles à la fois en volume, prix et qualité.

Mais depuis peu, le groupe Sanofi avec ses partenaires est parvenu à réaliser une synthèse partielle de l’artémisinine, et là réside donc la nouveauté.

"pas de bénéfice, pas de pertes"

«Cette livraison marque le début d’une nouvelle ère pour ces médicaments essentiels fabriqués avec une artémisinine sûre, de qualité, économiquement abordable et totalement affranchie des variations saisonnières », indique Sanofi courant août dans un communiqué.

A noter que certains experts ont émis des critiques ces développements car il risquait de fragiliser les agriculteurs producteurs d'armoise.

Le développement de l’artémisinine hémi-synthétique a été réalisé dans le cadre d’un programme conjoint de l’ONG américaine PATH basée à Seattle, rassemblant Sanofi et des partenaires scientifiques américains, canadien et néerlandais (encadré) notamment sur des travaux initiaux du chimiste Jay Keasling.

Fonctionnant selon le principe "pas de bénéfice, pas de pertes", le programme mené par PATH et Sanofi s’inscrit parmi les initiatives mondiales visant à élargir l’accès au médicament pour les populations pauvres. Le développement technologique de la semi-synthèse a été notamment financé par la fondation Bill & Melinda Gates pour plusieurs dizaines de millions de dollars.

Le projet avec PATH, débuté en 2004 associe Sanofi et des partenaires internationaux, La technologie de biologie synthétique de l'artémisinine est basée sur des travaux du chimiste américain Jay Keasling et des développement de l'Université de Californie UC Berkeley, d’Amyris, de l’Institut de biotechnologie des plantes du Conseil national de recherches du Canada et de l'entreprise néerlandaise GenoClipp Biotechnology BV. "L’expertise en chimie, l’expérience industrielle et les capacités de Sanofi ont permis de faire passer ce projet de la phase expérimentale en laboratoire au stade de la production industrielle", précise Sanofi.

Résultat tangible aujourd’hui, selon Sanofi, plus de 1,7 million de traitements Asaq Winthrop (ArteSunate) fabriqués par Sanofi dans l’usine Maphar vont être expédiés ces prochains mois à partir du nouveau centre de distribution casablancais du groupe vers le Burkina Faso, le Burundi, la République démocratique du Congo, le Libéria, le Niger et le Nigeria. Le prix des traitements, non dévoilé, devrait être de l'ordre de quelques dollars par semaine.

Sanofi avait lancé l’an dernier la production d’artémisinine hémi-synthétique sur son site de Garessio en Italie qui dispose d’une capacité de 50 à 60 tonnes par an, soit un tiers des besoins mondiaux d’artémisinine, Cela "devrait permettre de produire 125 millions de traitements », selon Sanofi. Outre ses besoins propres Sanofi a promis de livrer sans recherche de profit, la matière active à d'autres fabricants agréés par l'OMS.

L’artésunate, le principe actif dérivé de l’artémisinine hémi-synthétique, et l’artémisinine hémi-synthétique sont identiques à ceux d’origine végétale, la qualité d’Asaq Winthrop reste donc inchangée, indique aussi le groupe pharmaceutique français.

Sanofi emploie plus de 900 personnes au Maroc. Outre son site de production Maphar, le groupe s’est doté en 2013, d’une vaste plateforme logistique à Casablanca. Situé dans le quartier d’Ain Sebâa, ce centre logistique s’étend sur 12 000 m2. Il peut traiter 1 300 références et dispose d’une capacité de 14 500 palettes. Il est destiné à servir le Maroc et les pays d’Afrique subsaharienne.

L’usine Maphar, certifiée par l’OMS, a produit 70 millions d’unités de médicaments en 2012, dont 20 millions d’unités de l’antipaludéen Asaq Winthrop.

Pierre-Olivier Rouaud

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle