Sanofi conserverait un centre de recherche à Toulouse

Le rapport des experts préconise le maintien d’une activité de recherche et développement sous la bannière Sanofi à Toulouse, à charge pour ce dernier de s’engager sur une période minimum de cinq ans pour pérenniser le projet.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sanofi conserverait un centre de recherche à Toulouse

Dans l’incertitude depuis juillet 2012, date de l’annonce de la réorganisation du groupe, les 614 salariés de l’unité de recherche et de développement du groupe pharmaceutique Sanofi, ont reçu un début de réponse. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif a fait le déplacement vendredi 17 mai à Toulouse (Haute-Garonne) pour se féliciter des conclusions du rapport d’expertise confié à Jean-Pierre Saintouil.

"stratégie gagnant-gagnant" pour montebourg

L’ancien directeur du pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé, qui pour cette mission s’est adjoint les services du professeur François Amalric, ancien directeur de l’Institut de Pharmacologie et de Biologie structurale (IPBS), justifie le maintien d’une entité Sanofi à Toulouse, développant une forte activité scientifique, tout en s’inscrivant dans le plan de restructuration du groupe. "C’est une stratégie gagnant-gagnant, un bon compromis entre ceux qui souhaitent que rien ne bouge et ceux qui préfèreraient voir tout disparaître", a notamment commenté Arnaud Montebourg.

"Le site de Toulouse deviendrait pour Sanofi un site exploratoire pour identifier de nouveaux candidats médicaments et pour valider des molécules avant la signature de contrats de licences ou de co-développement", précise notamment ce rapport. Ces activités, conduites dans le cadre d’un site transformé en "centre d’open innovation", devraient permettre de maintenir 250 emplois sur le site, auxquels s’ajouteraient au moins une soixantaine d’emplois pour les fonctions support.

Sanofi s’engagerait ainsi à maintenir sa présence sur une période de cinq ans. "A charge pour le site toulousain de mettre à profit cette période pour convaincre le groupe de maintenir cet engagement au-delà des cinq ans", précise Jean-Pierre Santouil.

des projets dérivés

Le rapport propose plusieurs autres nouvelles pistes de développement. Il propose ainsi une stratégie de soutien et d’accueil à la création d’entreprises innovantes, avec déjà un premier projet de "spin-off", avec 80 emplois à la clef, pour des activités de développement de solutions thérapeutiques innovantes pour le traitement du cancer. Ce projet, baptisé E2C, s’appuie sur des travaux de recherche déjà engagés avec des équipes de l’Institut Claudius Régaud, à Toulouse.

Cinq autres projets de start-up, portés par des salariés du site, ont été identifiés, pour une trentaine d’emplois supplémentaires. Ces start-up seraient installées dans des locaux du site de Sanofi (environ 3 000 mètres carrés de bureaux et laboratoires) et bénéficieraient de l’offre de prestation des fonctions supports du site, le groupe pharmaceutique s’engageant à soutenir cette démarche de création d’entreprises sur son site toulousain.

Enfin, le rapport de Jean-Pierre Saintouil propose de soutenir la création de nouvelles structures communes avec les milieux académiques locaux, de type laboratoire commun. Ces structures pourraient bénéficier d’un soutien des collectivités locales.

500 emplois maintenus ?

"Au final, l’ensemble de ce dispositif devrait permettre le maintien d’environ 500 emplois sur un site entièrement réorganisé", souligne Jean-Pierre Saintouil. 80 départs anticipés à la retraite ont par ailleurs été estimés, ainsi que des transferts de postes vers les sites de Vitry (Val-de-Marne) et de Lyon (Rhône).

De son côté, Christian Lajoux, président de Sanofi France, a accueilli ce rapport positivement : "Il constitue dorénavant notre feuille de route pour les cinq ans à venir."

Marina Angel

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS